Some remarks from the student interpreters' point of view

Paris, St Denis, France: 12-15 novembre 2003
Christian Flury
.
.
Posts: 10
Joined: Tue May 04, 2004 7:15 pm

Some remarks from the student interpreters' point of view

Postby Christian Flury » Tue May 04, 2004 7:25 pm

Hello,

I am sorry, I know this is a little late, but I still felt I should post it. I participated in the ESF2 in Paris as a volunteer interpreter and I have to admit I was somehow disappointed by the lack of professionalism shown by the Babels network. Together with a fellow student interpreter, I tried to point out some of the problems that upset us most and to suggest improvements. Our comments (in French and English) are available at http://christianflury.com/ESF.pdf. I would appreciate your opinions on them.

Have a nice evening!

Christian

sylvie
.
.
Posts: 10
Joined: Sun Feb 22, 2004 8:40 pm
Location: south east france

HEU........

Postby sylvie » Tue May 04, 2004 10:09 pm

je trouve ce texte........... tres agressif, manquant d'ouverture d'esprit, caricaturfal à la limite de l'adolescence (tout blanc tout noir et je ....).
je partage vos objectifs mais pas les moyens que vous voulez employer pour y arriver...
comme quoi d'autres personnes pensent différement et donc qu'un demande aussi vindicative ne saurait emaner de vous.
j'en comprends les raisons qui sont tres louables mais qui sont déplacees dans le cadre de Babels à mon avis......
A moins que vous ne soyez pas surs de votre professionnalisme lors de votre future entree dans la vie active?

syl

steph
.
.
Posts: 143
Joined: Mon Nov 24, 2003 10:00 am
Location: France

Postby steph » Wed May 05, 2004 11:52 am

Bonjour

J"ai lu le document avec intérêt et suis très surprise de le découvrir plus de six mois après le forum : avez-vous pris contact avec les membres du réseau babels qui ont travaillé de façon volontaire et bénévole à l'organisation du FSE 2003 pour tenter au moins de comprendre le contexte dans lequel nous avons travaillé? Si ce n'est pas le cas, pouvez-vous expliquer pourquoi vous ne l'avez pas fait?

Nous ne sommes pas restés "statiques" pendant ces six derniers mois, voyez-vous.

Je voudrais faire deux remarques :
- Tant mieux si vous vous y faîtes la main au cours d'un forum, mais le but premier des forums sociaux n'est pas de servir de terrain d'entraînement aux néo-interprètes.
Vous semblez vouloir réduire Babels à vos besoins d'entraînement, ce qui n'est pas son objet - et encore moins son identité politique.
Oui : Babels a une identité politique, c'est un des acteurs du mouvement social et citoyen, récemment devenu membre du conseil international du Forum social mondial. Cette identité est expliquée dans la charte de principe et elle repose aussi sur le fait qu'on mélange plusieurs niveaux.
Le problème de la qualité de l'interprétation que vous soulevez est réel : l'interprétation est un métier, avec des règles, un déontologie, des conditions de travail, etc... Mais cet aspect ne se réduit pas à une simple distinction entre professionnel et amateur. Ce forum est plein de mails sur ce sujet, je n'y reviens pas.

- Je m'inscris en faux contre toute tentative d'embrigadement idéologique des interprètes de la part de Babels. C'est, pour moi, une accusation grave.

Je pense enfin que vous ne connaissez pas l'environnement des forums sociaux et que vous cherchez dans ce cadre quelque chose que vous ne trouverez pas et qui ressemble aux conditions de travail que vous devriez trouver sur le marché du travail. Encore que, là aussi, l'idéal des uns n'a rien à voir avec la pratique quotidienne des autres si j'en crois les mails de certains professionnels qui ont écrit ici-même.

Cordialement,
Stéph

Christian Flury
.
.
Posts: 10
Joined: Tue May 04, 2004 7:15 pm

Postby Christian Flury » Wed May 05, 2004 12:51 pm

Bonjour Sylvie,

je constate que tu n’es pas d’accord avec nos propositions et je ne vois pas de mal à cela – c’est notre perception personnelle que nous avons décrite et il va de soi que tout le monde ne doit pas forcément la partager. Cependant, j’aurais préféré que tu appuies ton désaccord sur des arguments plutôt que sur un tas d’adjectifs péjoratifs (agressif, manquant d’esprit d’ouverture, caricatural, vindicatif….). Franchement, je trouve ce caractère émotionnel de ta réaction un peu déplacé : nous aurions pu nous dire que le Forum ce n’était pas pour nous et que nous n’irions plus, point final. Mais nous avons décidé de faire savoir à Babels ce qui nous a gêné, c’est à mon avis un acte d’honnêteté et non pas d’agressivité adolescente. De plus, avant de participer au Forum, nous nous sommes livrés à des débats avec nos profs qui nous reprochaient que l’image véhiculée par les pratiques de Babels porterait préjudice au prestige de la profession et nous avons défendu notre décision d’y contribuer. Une fois à Paris, pourtant, nous avons dû reconnaître la pertinence de certains arguments avancés par nos enseignants. Tu vois donc que la nôtre n’est pas une réaction gratuite ou rancunière, mais que nous nous sommes effectivement interrogés de façon sérieuse sur ces questions, voilà pourquoi je ne vois pas trop en quoi elle mériterait qu’en revanche on mette en cause notre professionnalisme... Cela dit, il peut y avoir des avis divergents, rien de plus naturel que cela…

Bonne journée

Christian

P.S. : Je répondrai à Stéph ce soir ; pour l’instant, je voulais juste dire que si nous n’avons envoyé le document que maintenant, c’est qu’au mois de décembre nous avions perdu le fichier lorsque l’ordinateur de la collègue qui corrigeait la version anglaise s’est planté et nous avons laissé tomber ; mais puisque, entre-temps, le sujet a été évoqué a plusieurs reprises par d’autres étudiants et par des interprètes dans notre environnement personnel nous avons décidé de taper le texte encore une fois. Je crois bien que Babels n’est pas resté les bras croisés pendant tout ce temps, voilà justement pourquoi nous nous sommes dits que ce feedback - bien que tardif - pourrait éventuellement être utile.

Helgababels
Posts: 2
Joined: Tue Dec 16, 2003 10:28 am
Location: Berlin - Germany

Postby Helgababels » Wed May 05, 2004 5:35 pm

Hello Christian,

better too late than never. We need feed-back from all volunteer interpreters, and unfortunately we didn't have as much as we had expected.
And then we get this masterpiece of lay-out, perfect presentation and academic analysis. But with a slight cold touch of pretension to know everything better.
And then the big shock: babels highjacking the free thoughts, babels' ideological hostage-taking!
In order to avoid conflicts we really wish to work together with people within the same aspirations in the spirit of the Charta of Porto Alegre.
We really expect that all have read this Charta and agree with it. But this doesn't have anything to do with the interpreter's ethics to do his job as professionally as possible and to translate the words of the speakers.
When I read this passage in your report I had the feeling that something terrible must have happened to you during your assignment in a booth. And in my opinion there is a contradiction when on the one hand you speak of the ideological hostage-taking and on the other you stick to the
exact translation of the speaker's words. Or has anyone urged you to change a speaker's words?
Since you made this paper public, I would kindly ask you to think about the damage this formulation causes to babels, to rediscuss it with your mates and, why not with us too, and change this passage. IT DOES NOT CORRESPOND TO BABELS. It is offensive.
Unfortunately all other statements of your report, which are worth to be discussed, fade out now in face of this big, big hammer.
I hope we can mend this damage.

Trotzdem, viele Grüsse aus Berlin
Helga / babels-de

sylvie
.
.
Posts: 10
Joined: Sun Feb 22, 2004 8:40 pm
Location: south east france

Postby sylvie » Wed May 05, 2004 10:51 pm

voila deux reponses qui correspondent à ce que j'aurais aime pouvoir écrire si j'en avais eu les moyens en temps. Mais Elga et Steph l'ont fait bien mieux que moi.
Désolée pour mes émotions mais comme tu vois elles sont partagées.....
Babels est bien plus que de la simple interpretation (au sens professionnel)......
Et les pros ne sont pas forcement des gens qui font ce metier.... et cela n'enlève rien au professionnalisme des interpretes... ni au metier puisqu'il s'inscrit dans un cadre bien precis (forum) sous l'éthique et la charte de Babels.......
Je reste sur le fait que ce que vous avez ecrit est...... une atteinte à la philosophie de Babels.
Je vous conseille de reflechir sur le pourquoi de ce que peuvent vous dire vos profs (ils ont un regard bien particulier eux aussi.... et puis surement certains... et puis connaissent-ils vraimetn le travail de Babels, les objectifs?).
Je vous engage a lire cette fameuse charte et de lire les themes qui parlent de pro non pro......

vous verrez c tres interesssant

syl

Elena
.
.
Posts: 14
Joined: Fri Dec 12, 2003 2:48 pm
Location: Murcia, Spain

Postby Elena » Wed May 05, 2004 11:09 pm

I completely agree with Steph's comments. It seems quite strange to me that you expected Babels to simply be an organization that offers free translation and interpreting for those who cannot pay for it. Do you really think that people would work just for the fun of it, especially professional interpreters? I really doubt it. And have you read Babels' Charter or its objectives? Obviously not.

You're right that working conditions can improve, and I'm sure Babels' coordinators want to improve them. This forum is just an example of their willingness to listen to everybody's opinions. I don't agree with you that having fewer interpreters would be better, maybe the quality of the interpreting would improve, but many of the participants would have no voice, since not everybody can express him/herself in foreign languages, or understand them. The fewer the interpreters, the fewer the participants and ideas that would be conveyed.

I also agree with Helga when she said that what you say about "ideological hostage-taking" is offensive. I don't know how you got to know Babels, but I find it hard to believe that you never visited its Web site and at least read its objectives before signing in. It seems to me that what you don't like is to be expected to share the ideas of the SF in order to get working experience.

As for damaging the interpretation market, I really doubt it. Babels is not trying to compete with professional interpreting services. It just tries to help spread the ideas of the social movements. Babelites are people who believe that another world is possible. If your one objective is to defend the interpreting profession, then you're in the wrong organization.

Guest

Postby Guest » Thu May 06, 2004 11:07 am

Bonjour Stéph, hallo Helga,

I see (and I regret) you feel particularly offended by our remark about the “ideological hostage-taking”.

Let me give you an example: I interpreted a speaker who said

1. “…les interprètes, eux aussi, sont des militants qui partagent nos avis…”
2. « il faut être prudent quand on parle des soi-disant « crimes » commis sous Staline, ceux-ci sont une invention de la propagande impérialiste-fascio-capitaliste »

You will probably say this is a very extreme case and it does not reflect the general spirit of the ESF. But still it happened, and you will certainly agree that the ESF integrated such a wide range of different opinions that it is impossible to share all of them. Still, some of the speakers, as demonstrated in the above example, stated that the interpreters agreed with them and, of course, we could not stand up in our booths to protest…

Another example: Some Spanish interpreters felt the need to state explicitly that they did not agree with the point of view expressed by a Batasuna representative. This should not be necessary because an interpreter has to be considered to be neutral. In a reductio ad absurdum, interpreters would have to comment on every single sentence they do not agree with which is practically impossible.

We also noticed that you are rebuked if you eat at McDonald’s or if you have Nutella for breakfast, but you are not if you deliver a deplorable interpretation – isn’t that a somehow disproportional weighting of priorities?

Yet, I talked to my “co-author” Gertrud and we found out that we should actually step back on one point: That sort of ideologization did not come directly from Babels, but rather from some speakers and some of our fellow interpreters. Nevertheless, we still perceived the “ideologically charged atmosphere” described in our document.

Pour ce qui est de la remarque de Stéph sur le fait qu’il ne faut pas réduire Babels à un terrain d’entraînement, nous sommes d’accord et pourtant, je tiens à souligner que ce n’est pas en tant que fin en soi que nous avons présenté cet aspect mais que nous avons pu constater un intérêt mutuel à ce niveau-là : d’une part, les étudiants saisissent avec plaisir une telle occasion pour s’entraîner, d’autre part, même si leur niveau est inférieur à celui des professionnels, ils sont toutefois capables de livrer une interprétation acceptable. Voilà pourquoi à notre avis Babels pourrait profiter davantage de ce potentiel comme c’est déjà le cas de la cabine italienne qui était assurée essentiellement par des étudiants en interprétation et dont la prestation était en général supérieure à celle d’autres cabines assurées majoritairement par des militants sans formation adéquate.

Just one general remark before I will respond to Elena: I get the impression that to some of you our comments come off as unthankful. I, therefore, would like to point out once again that I was highly impressed by the efforts undertaken by the organizers, as for example Helga who had to manage an incredible number of interpreters and did a great job. I think the fact that we suggest improvements shows that we do actually care and we think that in return for your admirable commitment you have a right to know our honest opinion.

Christian Flury
.
.
Posts: 10
Joined: Tue May 04, 2004 7:15 pm

Postby Christian Flury » Thu May 06, 2004 11:08 am

Sorry, I forgot to log in, that was me, of course...

steph
.
.
Posts: 143
Joined: Mon Nov 24, 2003 10:00 am
Location: France

Postby steph » Thu May 06, 2004 11:36 am

Merci pour ces précisions : le fossé entre le document tel qu'il est rédigé et ces explications est grand, pour ne rien dire d'autre.
Stéph

steph
.
.
Posts: 143
Joined: Mon Nov 24, 2003 10:00 am
Location: France

Postby steph » Thu May 06, 2004 11:48 am

si, j'ajoute une précision : effectivement, je suis profondément choquée par l'accusation d'embrigadement idéologique.
Si, en tant que journaliste, je me hasardais à brandir le même genre d'accusation, sans être capable de l'étayer, ou, pire encore, en l'étayant par le fait que d'autres personnes/organisations que des membres de Babels ou Babels ont eu le comportement incriminé... je pourrais être poursuivie en diffamation devant un tribunal.
C'est aussi la base de la déontologie du métier et j'y suis personnellement très sensible.

Bon, ça, c'était pour la note mélodramatique.

Pour revenir à nos moutons: Babels intervient dans les forums sociaux (dans la mesure de ses possibilités) et selon un objectif qui est délimité par la charte de principe, qui, elle-même fait référence à la charte de Porto Alegre. C'est un cadre d'intervention effectivement délimité et annoncé comme tel.

Dans ce cadre d'intervention, on ne demande à personne d'être d'accord avec ce que racontent les intervenants dans les débats. Ce qu'ils disent et comme ils le disent relèvent de leur responsabilité. En revanche, nous avons remarqué qu'il est plus facile de traduire correctement un discours ancré dans un univers idéologique bien précis si on a une connaissance préalable du jargon développé par cet univers. Un syndicaliste de la CGT (l'une des 5 grandes confédérations syndicales françaises) s'exprimant sur les retraites, par exemple, n'emploiera pas le même vocabulaire que son homologue du Medef, (représentant du grand patronat français) et chacun de ces termes et expressions renverra à quelque chose de précis. Il nous semble que c'est la moindre des choses d'aider les interprètes à identifier ces discours, par exemple.
stéph

ljesover
.
.
Posts: 173
Joined: Thu Nov 20, 2003 9:36 am
Location: France

Postby ljesover » Thu May 06, 2004 2:26 pm

Very interesting exchanges because to my point of view they reflect on so many aspects of our work. I do agree on the previous posts regarding the way this issue is expressed in the document. But your last post is very interesting indeed.

Calling for volunteers is calling for people to participate. Participating can mean a lot of different positions and attitudes toward something. For instance I knew about this interpreters' speech regarding Batasuna, and I felt very good about the fact that we were able to say to interpreters please participate you are not only "machines" or "machine-like". I know that this can go to an extreme I'd probably do not feel at ease with, but it is also about participating together, discussing and so on, finding consensus together, if possible before all happens. Hence the forum which appears in our babels life.

This as also another side which I call "empathy" toward the ideas and the events. For instance we had a team of volunteers coming from Pomona College (USA) that were not activists (far from it). I discussed a lot with them about what was there experience and why they came (they were around 8) especialy that at that time if you remember well "anti-americanism" was the main characteristic for the press at least of transatlantic relations. Interesting enough they didn't become sympathetic or hatefull, but the event got into their life experience in a way they had never experienced voicing ideas about "them" (a them link with their nationality) for instance. The empathy is for me an enormous positive position because people become witness after participating. They vehicle their experience in many ways, an experience they will have not made in a normal situation. For instance they had for a period to be the ideas they would have rejected if they'd be just listener.

As you put it well, there were many many experiences in the last ESF and disconected ones since we were all split in different locations far away from each other. But still being a volunteer is participating. Since without you something will never have happened it is easy for some to jump to conclusions. That is also why we discovered (all this is also for all of us without an exception an experience, a new one each time) this dual participation: participating to an event (multiple events in fact within one framework called Social forum) and participating to a team of volunteers.

It is therefore very positive to my point of view that we are able still to discuss new topics months afterward. But please do not fall also in the simplification that you are against when applied to you. We are a network of volunteers and it is not the new name of the red army :-)

Christian Flury
.
.
Posts: 10
Joined: Tue May 04, 2004 7:15 pm

Postby Christian Flury » Thu May 06, 2004 5:06 pm

Hi Elena,

Reading about the objectives of Babels, I see that one of Babels' goals is "to permit the sharing of their [i.e. the participants'] analyses and experiences and to co-ordinate their actions at an international level." This is possible only if the interpretation service provided respects at least some minimum quality standards. A speaker who has carefully prepared his speech deserves to be understood which is not the case if the interpreter does not know his or her job.

I still have the impression that, as was also the case in Paris, in a somehow narrow-minded spirit and sticking to your – yet honorable - principles in a too dogmatic way, you tend to forget the main mission of Babels which is to help participants communicate. I was there, you were there, and I know that not only numerous fellow students, but also a number of regular participants share our impression: Whereas officially, interpretation services were provided at each seminary, in reality, participants had to do quite a lot of “seminary hopping” in order to find a meeting in which the interpretation service provided actually allowed them to follow the debate. Don’t you think this is a little bit unfair?

As to the remark about the “ideological hostage-taking”, I agree this term is probably too melodramatic and may come off as offensive, and so we will change it. But as regards the respective paragraph, I would still subscribe to it and I do not find it exaggerated or offensive.

Par rapport à ce que Stéph a écrit, je tiens à souligner que le passage incriminé est assez clair : Nous avons écrit qu’en mettant l’accent trop sur la nécessité de partager les idées du Forum social, Babels ouvre la porte à de telles tentatives d’embrigadement. Nous n’avons jamais affirmé que ces tentatives émanaient directement de Babels. Franchement, je ne vois rien de diffamatoire là-dedans. Vous étiez tous d’accord que Babels a une forte identité politique, et tout ce que nous disons, c’est que si une telle importance est accordée au caractère politique du réseau c’est à notre avis aux dépens de son professionnalisme.

D’ailleurs, il est certes vrai qu’il est plus facile de livrer une bonne interprétation quand on connaît bien le sujet et quand on partage plus ou moins les idées de l’orateur. Mais personnellement, par exemple, j’ai eu le plaisir d’interpréter l’exposé très intéressant d’un climatologue, et là il fallait être très rapide, savoir retenir un tas de chiffres, rendre des phrases et des raisonnements très complexes dans un allemand compréhensible, comprendre des réactions chimiques, c’était vraiment très difficile et il était indispensable d’avoir une bonne technique et certains automatismes que l’on n’acquiert que par expérience. Il y avait des discours qui auraient même posé problème à des interprètes professionnels, et à mon avis il est complètement fou et parfaitement inutile de les faire interpréter par des personnes qui n’ont jamais travaillé en cabine avant. Qui plus est, c’est aussi un signe de manque de respect vis-à-vis de l’orateur.

Or let me give you another example. You will all agree that it is easier to drive a bus in one’s own city than elsewhere. I therefore presume that the ESF preferred bus drivers living in Paris for its transportation needs. But they still had to have a driving licence (at least, I hope so). The same principle applies to interpretation: It is, of course, an advantage to be familiar with the ideas of social movements – provided that one knows how to interpret.

Christian Flury
.
.
Posts: 10
Joined: Tue May 04, 2004 7:15 pm

Postby Christian Flury » Thu May 06, 2004 7:09 pm

Hi everybody,

I just wanted to add that I do not see that big gap between the original document and my posts on this forum. Ce n’est pas parce qu’on appelle un chat un chat qu’un texte est forcément agressif, voire diffamatoire.

Now let me explain why I think that Babels’ practices actually damage the image of the profession. It is a well-known fact that professional conference interpreters do not like the idea of everybody who masters one or more foreign languages running around calling himself or herself an “interpreter”. And I think they are right. Stéph, for example, you are a journalist: I was editor in chief of our high school students’ paper. Would you therefore consider me a journalist? No, you wouldn’t, and right you are. Yet, Babels actively cautions this misunderstanding by stating that anybody with some language skills could do simultaneous interpretation, by having a bunch of people without any appropriate education run around with their “ESF interpreter” badges, by officially referring to them as “interpreters” etc.

And just imagine what happened to us at the interpreters’ reunion in Bobigny: There was a meeting for all the English- and German-speaking interpreters where, to our great astonishment, we met some “colleagues” whose mother tongue was neither German nor English. (Their English was even worse than mine, and I would never ever dare to interpret into English.) Of course, they had never worked in an interpretation booth before. When we asked one of them why they were attending the English-German interpreters’ meeting, he told us he was actually going to work in the English booth, because interpreting into his mother tongue was “not challenging enough”. Now, imagine us, having studied the technique of consecutive and simultaneous interpretation for quite a long time, still unsure if we were really good enough to face the challenge even when working into our mother-tongue - being told by people without the slightest idea about interpretation that interpreting into their mother tongue was not enough of a challenge to them! Apart from being ridiculous, isn’t that quite insulting to a whole profession?

Unfortunately, I have to say that to our impression people of this ilk dominated the scene or at least the general atmosphere. And I have to admit that maybe students and pros did actually fail to make their voices heard loud enough. But I still think that trusting those people with important interpretation services in the framework of an event like the ESF is a sign of massive disrespect to the speakers and the public. Moreover, for a lot of participants, the ESF might have been the first occasion on which they got in touch with conference interpreters. How can you imagine this first impression does not influence their image of the profession?

As to the inherent “dualism” of the Babels network, I would like to say that in spite of all the positive energy and the advantages described in your posts I doubt it could actually work. It is incredibly difficult to provide an acceptable interpretation service of such huge dimensions; and as soon as you concentrate on other priorities as well, it will become even more difficult or even impossible. I just do not see the possibility of creating that kind of synergy between the two functions you seem to aim at…

However, I am glad to see that now many of you perceive our document the way it was meant to be perceived, that is to say: not as a verbal aggression, but as an input coming from a specific perspective which you may consider worth to be discussed or not – and I am happy that so far you seem to consider it worth to be discussed

Guest

Postby Guest » Thu May 06, 2004 9:31 pm

De moins en moins convaincue. Surtout quand on se permet de penser à ma place et de prétendre savoir quelle sera ma réaction.
Bref : chacun voit midi à sa porte et l'intérêt de cet échange de posts s'est épuisé pour moi.
Cordialement,
Stéphanie

sylvie
.
.
Posts: 10
Joined: Sun Feb 22, 2004 8:40 pm
Location: south east france

Postby sylvie » Thu May 06, 2004 9:32 pm

Je crois sincèrement que des Babeliens qui ne sont ni mulitingues naturels ou qui ne sont ni des professionnels de l'interpretation (comme vous le préconisez) peuvent fournir un travail d'une grande qualité et peut être même d'aussi bonne (voire plus, ne vous en déplaise) que celle d'un vrai pro.....

Que faites vous de tous ces gens qui ont vécu à l'étranger, ou qui ont des études de langues, ou une passion pour les langues, ceux qui sont naturellement doués pour faire quelque chose en particulier (ici de la traduction)......

D'autant plus que si la raison pour laquelle ces gens là sont à Babels est le fait qu'ils partagent l'idée qu'un autre monde est possible..... et s'ils maîtrisent le sujet altermondialiste, ils auront alors moins d'efforts à faire pour traduire un orateur qui utilise même des mots techniques.

Maintenant on peut aussi imaginer qu'ils aient fait des études de sciences et ton sujet super compliqué que tu donnes en exemple ne tient pas la route.

Tout comme ton exemple d'avoir le permis de conduire..... ce n'est qu'un papier certifiant que..... mais qui ne savait pas conduire bien avant d'avoir ce papier voire tout de suite après peu d'heures de conduite..... Tous ces adolescents qui bien avant que la conduite accompagnée n'existe conduisaient sans le permis (et je suis sûre que cela existe encore).....
Mais parlons aussi de tous ceux qui ont le permis et qui sont des vrais dangers........

Que faîtes vous des autodidactes ? Des passionnés..... même s'ils font un autre métier dans la vie active?

Je comprends votre volonté de défendre votre métier.
Mais dans le cadre de Babels cela ne se justifie pas ainsi et ce même si des améliorations doivent et peuvent être faites pour éviter des situations telles que tu les décris où le traducteur n'assure pas son rôle..... mais là il suffit de trouver des solutions sans pour autant qu'elles soient radicales ou qu'elles éliminent toute personne sous pretexte qu'elle ne soit pas diplômée..... Pourquoi pas quelqu'un qui contrôle la traduction d'une salle et intervient pour changer les traducteurs à ce moment là.
Pourquoi pas un petit test avant l'envol en cabine fait par des personnes compétentes ? Labellisant ainsi l'autorisation de traduire?
Pourquoi pas des comptes rendus délivrant une mention post-travail en cabine, toujours sous la tutelle de ces mêmes personnes compétentes et au bout de x comptes-rendus négatifs, faits par des personnes différentes, n'ayant pas eu accès aux précédents comptes-rendus alors cette personne là ne sera plus en cabine..... Et je suis sûre que des solutions il y en a encore plein d'autres......

En plus, l'efficacité de quelqu'un est aussi variable en fonction de critères très différents et ce jour là tout merde....... OK ça ne veut pas dire que hier c'était la même chose ou que demain cela le sera...... On ne peut pas juger quelqu'un sur un si court laps de temps ou encore sur ce qu'il te dit dans une réunion pour se faire mousser (et s'il était juste un peu comme ça ce gars qui voulait un challenge plus grand que dans sa langue maternelle), .......et puis il a peut-être essayé une fois pour ensuite abandonner l'idée, qu'en sais-tu après tout ?

De plus, et comme tu le dis si bien, suivant les sujets parfois même un pro ne serait pas capable d'assurer la traduction..... alors qui ? si ce n'est tous ces gens riches d'autres choses que des études d'interprétariat.
Et tout cela n'enlève rien ni à vos études ni à votre diplôme puisqu'ils ne viendront jamais vous prendre votre pain de la bouche (ils ont un travail par ailleurs)......

Vous savez, la qualité (de traduction.......ou autre compétences si nous parlions d'autre chose) d'une personne ne se voit pas au nombre d'année d'études ni aux domaines des diplômes acquis........... même si cela aide beaucoup............ Je suis enseignante et je suis sincèrement convaincue de cela. Il suffit de regarder autours de soi pour trouver des personnes très compétentes dans un domaine même sans l'avoir étudié....... Apprendre ne se fait pas uniquement sur les bancs de l'école....... mais aussi et surtout et fort heureusement dans la vie de tous les jours (d'où vient votre besoin de trouver des terrains d'entraînements, ce qu'on appelle l'expérience)..... J'en connais même qui depuis qu'ils connaissent Babels n'écoutent plus que des chaînes étrangères et travaillent leur traduction........ et oui LA VOLONTE.

Je suis sûre que beaucoup de ses interprètes si peu efficaces (comme tu les décris) et qui en ont eu conscience de cet état de fait ne se remettront pas interprètes volontaires......
Ceux qui veulent se faire mousser avec un badge "interprète" restent de l'ordre de l'anédocte..... Il sait qu'il sera vite démasqué....... A moins qu'il ne soit convaincu lui-même de son génie...... Mais des comme ça il y en a partout.
Je ne crois pas qu'une personne qui veuille servir le mouvement social soit obtue au point de gâcher la traduction d'un orateur..... Il y a tellement d'entrées différentes pour pouvoir faire avancer ce mouvement. Il me semble difficile que cette personne (aussi peu douée pour la traduction) ne trouve pas autre chose à faire dans un des domaines de ses compétences pour être actif, bénévole, efficace, valorisé, utile et bien plus encore.

Le monde (la vie) n'est pas aussi rectiligne que vous avez l'air de le croire.

Sincèrement
syl

Sarah
Posts: 6
Joined: Tue Feb 24, 2004 4:04 pm
Location: Paris

Postby Sarah » Fri May 07, 2004 9:38 am

Hello Christian,

I understand, and share, your concern about the standard of interpreting at the ESF. However, I think perhaps you are approaching the matter from the wrong angle. Your report is indeed different in tone from your posts on this forum, being written from a purely professional point of view. While this is useful, it fails to encompass the whole picture, particularly where your recommendations are concerned.

Whether you like it or not, Babels is for the most part an organisation of people who are committed, and this is an important part of its identity. It is not a cooperative of professional interpreters. While, as far as I am concerned, professional interpreters (and interpreters-to-be) are very welcome, they have to realise that there are certain compromises to be made. The ESF cannot be covered by professional interpreters alone; they will necessarily be working with people who are less experienced or who come at it from a different angle. Consequently, a critique of the professionalism of Babels interpreters is not helpful, especially as a certain number of Babels non-professional interpreters have offered their services out of a sense of commitment and make sacrifices in time and money to be there. The ESF is never going to be able to live up to your standards of interpreting, nor is it intended as a showcase for professional interpreting (although that shouldn't mean that anything goes).

This being the case, you must decide whether you want to cooperate with non-professionals or not, recognising that they may not have your standards. If one is committed, I don't think that poses a problem. As I understand it, in your case you are not (other than to a professional standard of interpreting), which is fair enough, but then your comments should perhaps take a different direction. It would be more helpful if you would draw up a list of practical hints for non-professional interpreters (just for something as basic as cooperating in the booth). Perhaps this would go too much against your professional ethics, but since you have expressed a wish to be helpful to Babels in improving the overall standard of interpreting, this would be a practical way of doing so. As Sylvie says, some people do work very hard acquiring interpreting skills, even if they are not professionals, and it would be unfair to exclude them (though I know you won't accept this). Commitment counts as well, though as you say, it can't act as a substitute for skills. The whole of your critique discounts commitment, other than as an obstacle to professional interpreting. Babels is never going to be a neutral organisation.

From my own point of view, I would wish Babels to have the highest standards of interpreting, but I appreciate the time and effort contributed by all the non-professional volunteers, and I think their work is equally important because without them there couldn't be any ESF either. If you are going to be an interpreter for Babels, whatever your point of view, I think your motto has to be "live and let live". Your proposals are rather top-down; to be properly useful, they should be bottom-up.

Emma
.
.
Posts: 51
Joined: Mon Nov 24, 2003 10:05 am
Location: Brighton, UK

Postby Emma » Fri May 07, 2004 11:02 am

Anonymous wrote:I see (and I regret) you feel particularly offended by our remark about the “ideological hostage-taking”.

Let me give you an example: I interpreted a speaker who said

1. “…les interprètes, eux aussi, sont des militants qui partagent nos avis…”
2. « il faut être prudent quand on parle des soi-disant « crimes » commis sous Staline, ceux-ci sont une invention de la propagande impérialiste-fascio-capitaliste »

You will probably say this is a very extreme case and it does not reflect the general spirit of the ESF. But still it happened, and you will certainly agree that the ESF integrated such a wide range of different opinions that it is impossible to share all of them. Still, some of the speakers, as demonstrated in the above example, stated that the interpreters agreed with them and, of course, we could not stand up in our booths to protest…


Salut à tous, salut Christian.

J'ai aussi suvolé avec intérêt votre document si pointilleusement préparé. Plusieurs choses ont attiré mon attention. Ainsi, pour vous citer (ci-dessus), cette question d'embrigadement idéologique qui me semble absurde et caricaturale. En effet, si la première citation que vous donnez me semble scandaleuse (il est bien évident que "les interprètes" ne partagent pas tous les avis donnés aux FS, puisque notamment les avis en questions sont divers, les FS étant des espaces de débats), la deuxième ne tient pas du même ordre. Cette relecture de l'Histoire que l'on pourrait qualifier de révisionniste n'engage a priori en rien les interprètes. Et en tant qu'interprète professionnel, refuseriez-vous de travailler pour, disons, l'Otan, ou des députés de partis d'extrême droite par exemple ? Si l'interprète n'est qu'une voix et n'a pas d'opinion, doit-il se laver les mains des discours qu'il transmet ? Si vous le croyez, alors cette deuxième citation ne devrait pas vous avez choqué outre mesure.

L'un des objectifs de Babels est également de faire réfléchir au travail d'interprète et de traducteur/trice, à l'usage des mots, à la communication (qui dans notre cas passe par un tiers), au dialogue qui n'est jamais simple et rendu encore plus complexe de par la multiplicité des langues. Sans inteprétation, les FS n'existent pas et Babels a souhaité permettre une participation véritablement active des interprètes à l'ensemble du mouvement. Bien sûr, chacun est engagé à sa manière et si les FS sont effectivement un bon moyen de s'entraîner à sa profession, lorsqu'on est étudiant en interprétation, ils ne s'en tiennent pas là : ils peuvent également être un moyen de s'engager, et de faire profiter le mouvement de ses compétences particulières.

Babels accueille des professionnels comme des amateurs. Babels n'est pas une agence. Comme le dit Sylvie, la question n'est pas de posséder un papier disant qu'on est capable d'interpréter ou pas. L'interprétation est un métier, la traduction est un métier et tout le monde n'en est pas capable. Il y a eu des cafouillages à Paris et il y en aura à Londres. Et Babels travaille justement sur ce point, pour accompagner les amateurs et débutants. D'ailleurs si cela vous chagrine tant, et si vous avez des idées, pourquoi n'aidez-vous pas le travail bénévole de Babels ? Pourquoi ne pas aider à la logistique, à l'organisation ??

Par ailleurs, j'aimerais savoir QUI vous empêche de manger du McDonald's ou du Nutella au petit-déjeuner (hormis votre médecin) ? ;-)

Guest

Postby Guest » Fri May 07, 2004 11:56 am

Bonjour et merci pour toutes ces réactions qui m'ont permis de constater nombre de points communs: je suis tout à fait d'accord que ce n'est pas parce qu'on est titulaire d'un diplôme qu'on est forcément plus qualifié que quelqu'un qui a acquis ses connaissances par expérience ou de façon autodidactique…

Pour en rester à l’exemple du chauffeur, je ferais certes confiance à quelqu’un qui conduit bien depuis des années sans avoir son permis de conduire… Mais je ne confierais pas un bus entier à quelqu’un qui aurait certes une passion pour les voitures mais qui n’aurait jamais conduit avant… Pourtant, c’est – d’après notre expérience – ce qui s’est passé à Paris, et j’ai trouvé cela d’autant plus grave que c’étaient souvent les cabines française et anglaise (dont dépendaient 90 % du public) qui étaient assurées par des personnes qui étaient encore à leur coup d’essai.
Il est vrai qu’il y a des personnes qui disposent de connaissances admirables sans jamais avoir suivi une formation officielle et il existe en effet des vrais génies polyglottes… Mais l’interprétation n’est pas une connaissance, mais un métier dont le principe est très simple : il faut savoir écouter et parler en même temps. Or, je ne connais personne qui ait été en mesure d’intérioriser ce principe en trois quarts d’heure, il faut – et j’en suis d’autant plus persuadé après ce que j’ai vu à Paris - de l’entraînement pour y arriver - que ce soit dans le cadre d’un cursus universitaire, d’une formation autodidactique, d’un stage en cabine muette… mais il faut de l’entraînement. Voilà pourquoi je trouve toujours que la façon dont Babels cherche à attirer de nouveaux adhérents manque de sérieux dans la mesure où elle nourrit l’illusion que sans jamais avoir travaillé en cabine avant, on peut interpréter devant un public qui dépend effectivement de cette interprétation. Et voilà pourquoi je ne suis pas d’accord non plus sur le fait que quelqu’un sans aucune expérience en cabine mais qui s’y connaît en sciences aurait moins de mal à interpréter un discours très scientifique, car préalablement il faut avoir acquis quelques automatismes quant à l’équilibre entre l’attention qu’on prête à l’orateur et au propre débit, quant à la notation des chiffres et des acronymes, la reformulation de certaines tournures typiques de la langue de départ, etc., autant d’automatismes que l’on ne développe qu’en s’entraînant…

Puis, j’aimerais souligner que ce n’est pas par respect de quelques principes théoriques de déontologie ou parce que nous aurions été endoctrinés par l’AIIC que nous avons écrit notre texte, mais parce que nous avons vu la réalité du Forum de nos propres yeux. Et je reconnais dans les fora de ce site quelque chose qui m’a déjà frappé à Paris. Je trouve que les responsables de Babels tout en fournissant un travail admirable ont toutefois tendance à cultiver un certain esprit d’introspection : Vous m’écrivez tous de l’importance de situer l’activité dans un contexte global, et c’est aussi ce que nous avons toujours entendu dire à Paris : le plus important c’était d’être là, de participer, d’apporter chacun à sa façon sa pierre à l’édifice, de partager l’esprit du Forum, d’affirmer qu’un autre monde était possible etc. Et j’ai eu l’impression que face à cette grande vague de fraternité altermondialiste, on négligeait un peu les questions profanes liées au travail quotidien et ceux qui les soulevaient étaient considérés comme pinailleurs et inconscients du moment historique auquel ils étaient en train d’assister. On parlait des relations entre professionnels et débutants, des possibilités d’exprimer les principes altermondialistes dans l’organisation du travail des interprètes, des relations entre les interprètes et le personnel du Forum… etc. Peu nombreux étaient, par contre, ceux qui disaient : halte, avant de nous pencher sur toutes ces questions d’ordre général, il faut constater que nous avons un problème de qualité ; des participants ont payé leur voyage et leur séjour en comptant sur un service d’interprétation plus ou moins fiable, et maintenant il doivent faire le tour des séminaires en espérant de tomber par hasard sur une interprétation compréhensible. Parmi les étudiants avec qui je travaillais ou avec qui j’étais logé, je ne connais pas un seul qui n’ait pas remarqué ce problème et pourtant les responsables de Babels ne semblaient pas lui accorder l’importance qui lui revenait à nos yeux.

Juste pour dire que même si je comprends que vous ne pouvez pas accepter nos propositions – je m’en doutais, la nôtre est toutefois une perspective particulière – j’espère que ce sera du moins le cas des critiques.

Je ne sais pas d’ailleurs si Stéphanie suit encore ce fil de discussion, le cas échéant, je suis désolé d’avoir anticipé une réaction qui pour autant me semblait évidente : Je ne sais pas comment on décide si une source est fiable, je ne sais pas quelles sont les démarches pour vérifier une information, je ne sais pas quand on doit changer les noms des personnes, etc. en bref, je n’ai pas tout ce bagage de connaissances spéciales dont disposent les journalistes, et voilà pourquoi même si vous me faisiez l’honneur de me considérer comme votre confrère, je saurais pour autant que je ne le suis pas et que je serais mal placé pour, disons, mener une grande enquête pour un journal ou un magazine sérieux. C’est une sensibilité qui à mon avis devrait aller de soi quelque soit le métier en question, mais qui était, hélas, l’exception chez les interprètes non-professionnels du FSE.

Christian Flury
.
.
Posts: 10
Joined: Tue May 04, 2004 7:15 pm

Postby Christian Flury » Fri May 07, 2004 12:00 pm

(Sorry, once again, I forgot to log in…)

As regards Sarah’s remarks, I’d just like to say that I did not have the impression that the question was just about higher or lower quality standards, but about useful and – I am sorry – perfectly useless “pro forma” interpretation services. I personally interpreted at a meeting at which the French and the English booth were staffed with absolute first-timers. So we (the German booth) decided together with the Italian booth to offer a “retour” into French which was the least we could do. Yet, the English-speaking participants had to entirely rely on first-timers during the whole meeting and the French-speaking public (the vast majority) was in the same situation as soon as speakers spoke a language other than German or Italian. Afterwards, in the course of the discussion, the few questions asked by the English-speaking participants showed very clearly that they had not even understood the most recurring statements made by the different speakers, it was simply as though they had not been there before. This is what I mean when I am talking about fairness to the public.
I, therefore, think that Babels should stop creating the false impression that anyone who masters a foreign language can work in an interpretation booth. In my opinion the problem lies basically in this false premise underlying Babels’ activities.


Return to “ESF2 - Paris”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest