Questionnaire « mode de fonctionnement de Babels-fr »

Discussions relatives aux coordinations Babels en France et en Belgique-België
babels-fr@babels.org

Questionnaire « mode de fonctionnement de Babels-fr »

Postby babels-fr@babels.org » Wed Mar 10, 2004 3:05 pm

Proposition:
- vous pouvez y répondre directement dans le forum
- vous pouvez copier et coller le post ci-après et l'envoyer rempli à babels-fr@babels.org à l'attention de Jean-Pierre et Johanne


Ce questionnaire a pour but de recueillir les opinions de tous sur les interventions susceptibles d'être coordonnées par Babels-fr, hors FSE et FSM

Ayez pitié de ceux qui vont analyser vos réponses, refoulez vos envolées lyriques et réservez vos ardeurs à la concision ! Prière de répondre selon le nombre de lignes demandées, une place est réservée à la fin pour vos états d’âme.

Genèse d’un projet :

Une personne, une organisation contacte Babels ( par de multiples voies possibles) et toute demande d'intervention est alors centralisée sur une boîte mail spécifique.

Lorsqu’une demande arrive, la personne qui la découvre et/ou la personne qui se sent la plus particulièrement concernée se manifeste auprès des autres babéliens à des fins de transparence et pour éviter les doublons. Elle prend rapidement contact avec l’organisation et instruit le dossier en posant des questions précises dont nous devons ensemble établir la liste : taille de la réunion, colloque, séminaire etc…, nationalités et groupes représentés pour répondre aux critères de notre charte, langues de travail, ET éléments budgétaires : subventions et soutiens etc…afin de déterminer le besoin réel d’une interprétation bénévole.

Une fois instruit ce dossier


I) Le processus d’acceptation : doit t-il être mené par :

a- un coordinateur
b- l’équipe qui se constitue autour du projet
c- un « comité d’éthique » ou « collège co-opté »
d- un « comité d’éthique » ou « collège co-opté » en concertation étroite avec un coordinateur
e- autres :……………………………………………………………………………………….

Si c ou d- votre choix se porte sur la création d'un "comité d’éthique" ou "collège co-opté "
Pour combien de temps est-il nommé ou élu ?
…………………………………………………………
De combien de personnes est-il constitué?
……………………………………………………………………………...
Comment envisagez- vous sa nomination ?……………………………………………………….


II) Les critères d’acceptations : (soulignez tout ce qui selon vous constitue un critère)

1) les critères éthiques

a- la charte de Babels est suffisante
b- la charte de Babels n’est pas suffisante. Que peut-on ajouter :
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………...……………………………
……………………………………....................................................................................

2) l'acceptation par le partenaire d’un engagement contractuel dans lequel il y a:
a- implication de Babels dans le processus d’organisation de l’événement
b- possibilité de former des débutants
c- d'avoir les textes ou thèmes des intervention avant la rencontre : combien de temps avant : …………………………………………………
(pour que nous puissions nous préparer avec les glossaires)
d- existence d’un délai minimum pour instruire un projet (donc pour être contacté) : de combien de temps ?………………………………….
e- autres critères :…………………………………………………………………...
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………

3) les critères « budgétaires »
a- qu’est-ce qui constitue une demande légitime d’assistance bénévole :………………………………………………………………………..…………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………….................................
b- l'intégration d’un budget interprètes dans le budget prévisionnel dans la demande de subventions
c- l’intégration au budget de l’invitation d’intervenants qui n’auraient pas pu venir autrement .
d- autres critères :…………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………


III) un projet est accepté

1) qui choisit les interprètes intervenant dans le projet?
a- l’équipe qui coordonne le projet
b- autres :………………………………………………………………………………………………...……………
……………………………………………............................................................................

2) acceptez-vous d’être sollicité/e par Babels O / N

3) comment envisagez vous la sensibilisation du public et des intervenants sur les raisons de l’existence de Babels et son rôle par rapport à la questions des langues ?
……………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………..........
………………………………...........................................................................................


IV) un projet est refusé que faisons nous alors de l’information ?

…………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………




Et pour finir…. Autres sujets de débat ?
VOS ETATS D’AME :


………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………


Babéliennes, babéliens merci.

Remplir ce questionnaire fut un peu fastidieux. Espérons que cela nous éclaire et nous permette ensuite de trancher lors d'un débat public. Une synthèse des réponses à ce questionnaire apparaîtra vraisemblablement sur le forum fin avril.

Plusieurs personnes dans plusieurs endroits de France ont émis le souhait de participer à Babels. Comme tout le monde ne pourra pas assister à une réunion dans une ville choisie, nous pensions qu’un débat sur ces points épineux pourrait être organisé lors de rencontres dans plusieurs villes de France. A vous de prévoir dès maintenant l’organisation de ces réunions !

Vous pouvez utiliser le forum sur Babels.org

jfd
Posts: 3
Joined: Tue Mar 23, 2004 2:12 pm
Location: Paris
Contact:

comment répondre?

Postby jfd » Tue Mar 23, 2004 2:18 pm

Bonjour,

quelle est la meilleure manière de répondre?
(copier-coller en Word n'a pas un résultat bien élégant).

JF

Guest

Réponse à la questionnaire

Postby Guest » Sun Mar 28, 2004 11:48 pm

J'avais compris que ce questionnaire allait traiter l'opportunité d'interventions susceptibles d'être coordonnées par Babels hors FSE et FSM, c'est-à-dire si Babels-fr allait accepter des demandes d'interprétation. Or, je vois que le questionnaire suppose déjà une réponse affirmative, sans avoir même posé la question, et il nous demande simplement de trancher sur les modalités.

Je me permets de répondre librement sur le forum, parce que le questionnaire n'est pas conçu pour admettre une réponse négative.

Je suis fermement opposée à toute intervention de Babels hors FSE et FSM pour plusieurs raisons :

Raisons morales :

1) Il y a un grand risque, malgré tout, de faire concurrence déloyale aux interprètes professionnels. Quand toutes les associations sauront qu'il y a un grand vivier d'interprètes bénévoles, elles n'auront pas envie de prévoir un budget d'interprétation, même si elles auraient les fonds pour le faire. C'est trop facile de rejeter cet argument en prétendant que les interprètes professionnels sont pécuniairement intéressés et qu'il y a quelque chose d'automatiquement méritant à faire une interprétation gratuite. Ce n'est pas le rôle d'un réseau qui est censé être au courant des problèmes sociaux de casser le marché.

2) Si le principe des interventions était admis, le processus d'acceptation serait forcément aléatoire, même avec les meilleures modalités du monde. Le point fort des forums sociaux est que tout le monde y a accès (jusqu'ici de toute façon) et donc l'interprétation fournie est en quelque sorte juste car tout le monde y a droit. Hors FSE et FSM, par contre, Babels-fr ne serait sollicité que par ceux qui en connaissaient l'existence. Et dans l'hypothèse que l'existence du service était connu de tous, le réseau ne seraient pas en mesure de répondre à toutes les demandes. Quoi qu'il en soit, l'accès ne serait pas égal pour tout le monde, et on risquerait même de refuser (en se référant à la charte) ceux pour lesquels on aurait sûrement fait l'interprétation dans le cadre d'un forum social.

Raisons pragmatiques :

Conséquences négatives de l'acceptation d'interventions hors FS

3) Même bien réglé, le processus d'acceptation des interventions extérieures ne serait pas transparent. Pour des raisons pratiques, les décisions seraient prises par un nombre restreint de personnes (ou même une seule). Certes, selon le questionnaire, elles auraient un certain nombre de règles à respecter, mais, Babels-fr n'étant qu'un réseau, sans structure formelle, elles n'auraient pas des comptes à rendre et pourraient agir en toute liberté. Une consultation générale à chaque sollicitation étant exclue, elles ne pourraient pas faire autrement.

4) La gestion de toutes ces sollicitations suppose des personnes avec beaucoup de temps libre (pour l'instruction du dossier dans les règles et la coordination pratique) qui sont susceptibles d'exercer cette activité à plein temps. Babels-fr n'a pas vocation à devenir une agence d'interprétation. Si des particuliers souhaitent s'exercer à l'interprétation entre FSE, rien ne les empêche de se proposer à titre individuel aux associations de leur choix.

J'ai assez dit. Je terminerai, pourtant, par une question. Qu'est-ce que c'est que Babels-fr ? Si une intervention était acceptée, à qui, dans la base de données, ferait-on appel ? Ceux qui ont les combinaisons de langues nécessaires, où qu'ils soient, ou seulement ceux qui se trouvent en France ?

Sarah
Posts: 6
Joined: Tue Feb 24, 2004 4:04 pm
Location: Paris

Postby Sarah » Sun Mar 28, 2004 11:52 pm

Il n'était nullement mon intention d'afficher une contribution anonyme (ci-dessus, Guest) - je pensais que mon nom serait affiché automatiquement.

Donc, je suis Sarah, à Paris.

Emma
.
.
Posts: 51
Joined: Mon Nov 24, 2003 10:05 am
Location: Brighton, UK

Questionnaire

Postby Emma » Mon Mar 29, 2004 9:20 am

Je suis entièrement d'accord avec Sarah...
À quoi vont servir les réponses au questionnaire ?
Merci bien !
Emma

ljesover
.
.
Posts: 173
Joined: Thu Nov 20, 2003 9:36 am
Location: France

Postby ljesover » Tue Mar 30, 2004 8:04 am

Salut,

Je trouve ton intervention intéressante. J'aimerais juste apporter un élément de réponse et mon opinion.

A ta questionà qui on s'adresse ?

En fait c'est simple, les volontaires qui s'inscrive sur le site choisisse le ou les territoires auxquels ils veulent être rattachés, ainsi que le ou les événements, ainsi que le ou les projets non-évenenementiels type transtrad (h'espère personnellement un jour d'autres comme lexique).

Cela fait appel à une nouvelle forme de territorialisation des personnes qui correspond à "nous". En effet un interprète à toujours au minimum deux cultures, deux "pays" etc. Donc parmi les gens qui se sont inscrits pour être rattaché à babels-fr tu as des gens de partout et pas simplement de "France" (territoire administratif).

Donc tout événement babels-fr fait appel uniquement au gens qui se sont inscrits dans ce territoire Babels sur leur fiche d'inscription (et qui peuvent s'en sortir à tout moment)

----

La question des événements "hors FS" est épineuse. Je suis ravi que tu exprimes une opinion tranchée à ce propos. Quant à moi elle m'aide à réfléchir. Je me permets juste de te poser certaines questions

1- dans les FS des réseaux se forment, des campagnes etc. en général pour éviter la bureaucratisation entre autre, ces campagnes ou réseaux sont des "strcutures molles" (sans finance) même si certaines des organisations qui la composent ont des fonds.

--> Un exemple le réseau Services Publics. Quand il se réunit ou quand il organise une confrontation avec la commission il a besoin d'interprétation. Pas de fonds. Issue des FS directement. Comment agir ?

2- nous devenons une "force politique" de plus en plus en tous les cas un symbole, celui du réseau des FS. Je sais qu'utiliser notre image etc. c'est pas bien en soi, mais nous aussi avons besoin d'utiliser et de tisser des relations entre les FS.

3- Se concentrer sur les FS uniquement. Evidemment mais à ne faire que cela on induit aussi un effet sur les FS qui sans nous existerait moins: la structuration en "objet dur". Or à la fois ce sont les FS qui sont notre réalité d'existence, mais elle l'est parce qu'il existe une dynamique et que ce n'est pas une structure au sens organisation du terme. Se donner donc un peu de souplesse en intervenant ailleurs peut aussi lever cette ambiguité à mon avis.

4- les mobilisations anti-guerre se déroulant en dehors de l'événement FS, le construise pourtant, tout autant si ce n'est plus que les assemblées de préparation où nous intervenons. Est-ce donc réellement un événement hors FS que d'interpréter pour des mouvements anti-guerre lors d'une mobilisation qui se matérialise par une conférence internationale par exemple ?

5- Répondre non à tout comme oui à tout ne me semble nullement répondre. Les points ci-dessus sont des points et des arguments rencontrés. L'autre réalité c'est que les volontaires Babels ont envie! Ils ont envie de se faire plaisir! ils ont envie de construire et participer à la construction de l'action, du changement, de l'expertise. Hors entre les FS il y a des occasions. Donc à mon avis il faut pouvoir répondre "oui".


Je pense, pour en avoir parler lors de la réunion transtrad (voir le forum où le CR de la réunion va être mis en ligne), que l'un des points essentiels c'est le nombre de "oui". Si on s'aperçoit en bout de courses, par exemple chaque mois qu'on a répondu "oui" à 30 événement alors il y a un problème. Si cela reste exceptionnel (et évidemment il existera une part de subjectivité) alors je pense qu'on a tout à y gagner ensemble.

Sarah
Posts: 6
Joined: Tue Feb 24, 2004 4:04 pm
Location: Paris

Postby Sarah » Tue Mar 30, 2004 9:58 am

Merci, Laurent, d'avoir pris le temps de répondre à mon intervention dans le détail.

En ce qui concerne les interprètes, il ressort de ce que tu dis qu'ils seraient effectivement sollicités par combinaison de langues. A ce moment-là, il faudrait peut-être étendre ce débat aux réseaux Babels dans les autres pays. Car si l'on va chercher des interprètes en Royaume-Uni pour des besoins de Babels-fr (ce qui ne serait pas exclu, d'après ce que tu dis), Babels-uk aimerait peut-être avoir son mot à dire (étant donné que ces interprètes seraient logiquement inscrits sur la liste de distribution de Babels-uk également). Et de même pour les autres pays.

Cela aurait moins d'importance si cette décision n'était pas si important. Mais une réponse affirmative aurait des retombées durables et risquerait quand même d'entraîner à la longue la question de rémunération, qui a déjà été évoquée, d'ailleurs.

Quant aux exemples d'interprétation que tu cites (réseau Service Public, conférence internationale anti-guerre), ce sont des exemples qui, il me semble, ne se sont jamais présentés jusqu'ici. Certes, je pense que tout le monde serait parfaitement d'accord pour interpréter une conférence anti-guerre (bien que, là encore, il puisse se présenter des problèmes d'intendance), mais ce n'était pas du tout dans ce sens-là qu'était rédigé le questionnaire. Les sollicitations viennent plutôt d'associations particulières, et ce n'est pas forcément le cas que tout le monde serait d'accord pour fournir l'interprétation.

Pour moi, les forums sociaux sont, quand même, la raison d'être de Babels, et je pense que c'est dans cet esprit que la plupart des interprètes se sont inscrits dans la base de données. Le rôle primordial de Babels est de fournir les interprètes pour ces forums. Si les interprètes de Babels sentent le besoin de faire autre chose entre forums (et ils doivent en avoir pas mal, quand même, qui ont des engagements qui les empêchent de le faire), ils peuvent toujours militer dans les organisations et associations. C'est n'est pas Babels qui doit agir. Babels est une structure qui a un certain pouvoir, et on n'a pas le droit d'abuser de ce pouvoir. Permettre à quelques individus (même sous guise de " comité d'éthique ") à trancher sur les interventions hors FSE serait pour moi un abus de ce pouvoir, rien que pour la violation du principe de l'égalité.

Sarah

Guest

Postby Guest » Tue Mar 30, 2004 12:45 pm

bjr à tous,

toutes proportions gardées : c'est pas parce qu'un petit groupe de coordi, regroupés sous un éventuel "comité éthique" décident de recruter des équipes d'interprétation pour un événement qu'ils vont forcément les trouver. Tout ce qu'ils peuvent faire, c'est envoyer une info à l'avance aux interprètes et attendre de voir si ça suscite des vocations.
C'est pas parce qu'un interprète ou un traducteur s'est inscrit à Babels qu'elle/il doit dire oui et amen à toutes les sollicitations.
Chacun a le droit de dire "non", quand même!

Dernière précision : on est impliqué dans une réu du CELSIG, (réseau sur les services publics à l'échelle européenne, issu du premier FSE ). La sollicitation est arrivée avant les débats. Elle se situe en Belgique, mais implique bel et bien plus que les interprètes inscrits en Belgique - pour la simple et bonne raison qu'il n'y en a pas assez pour les dates prévues et dans les langues prévues. Finalement, les délimitations de débat par territoires tombent un peu à l'eau, on dirait.
Allez, juste pour le fun : réu internationale! réu internationale! (à chacun ses marottes, hein)
:)
stéph

ljesover
.
.
Posts: 173
Joined: Thu Nov 20, 2003 9:36 am
Location: France

Postby ljesover » Wed Mar 31, 2004 10:48 am

Salut Sarah et autres Guests :-)

Les problèmes que tu soulèves et du reste que nous soulevons sont à mon avis essentiels et constitutifs. Il est normal d'abord que nous ne soyons pas d'accord, qu'il y ait des différences, il est encore plus normal que nous tachions d'en discuter pour éventuellement trouver un chemin (obligatoirement tortueux parce qu'il y a beaucoup de contradictions) pour nous en sortir.

Le problème du "territoire".

Je suis entièrement d'accord que toute action dans un réseau et a forciori quand celui-ci possède un nom unique comme nous 'Babels' , a des conséquences sur l'ensemble. Ce n'est pas l'air et c'est très réel. Le problème que tu soulèves en ce sens est très réel.

Notre contradiction elle est justement là dessus: soit tout est international tout le temps (international au sens de global) soit on peut estimer qu'il y a des degrés d'autonomie (et donc de choix collectif localisé au sens du groupe qui se reconnait comme x ou comme y).

Nous en avons rajouté une. Les interprètes ne sont pas 'membres' et 'n'appartiennent' pas à une coordination. Ils y participent et peuvent choisir même de participer à plusieurs différentes. Cette participation peut s'exprimer de manière différente du reste d'une coordination à une autre. Le fait que quelqu'un vive ici ou là importe peu dans les faits. Il importe dans la mesure où cette localisation géogrpahique permet la participation physique à telle ou telle chose. Et encore c'est discutable...

Dans les degrés d'autonomie on doit donc pouvoir choisir entre de 'l'acceptable' et de 'l'inacceptable'.

Le problème des événements

Comme l'autre Guest, Steph, l'a très bien dit pour le CELSIG, les exemples donnés sont réels. Le parti pris de parler d'une organisation x ou y nous contactant c'est que dans les faits c'est bien une organisation x ou y qui nous contacte. Les réseaux sont encore moins formels que nous.

De plus un événement collectif d'organisations, ce collectif ayant quelque chose évidemment à voir avec un FS ou un autre, ne passe pas forcément par un comité d'organisation mais par une organisation sur x qui font autre chose.

Pourquoi je parle de réseau ou de collectif. Mon opinion personnelle sur cette question épineuse est qu'en tous les cas si une organisation (même si celle ci est une organisation internationale) et une seule organise un truc pour elle alors on peut dire non sans état d'âme et automatiquement. Exemple: le congrès de la CGT, réunion des ATTAC d'Europe etc. (exemples réels)

Pourquoi je suis aussi net. Si une organisation alors cette organisation se doit de préparer ses événements et elle en a les moyens et trouver les fonds. Par contre dès qu'il y a plusieurs organisations alors le "centre" peut être "mou".

Qu'est ce que j'appelle 'mou'. Absence d'une construction administrative collective permettant de gérer collectivement des fonds. Tout est donc fait avec des bouts de ficelles même si prise séparément certaines des organisations présentes ont des fonds ou peuvent en mobiliser. Et ceci se produit dans la réalité plus qu'on ne croit. C'est même pour moi l'un des grands traits de l'époque.

Cette liberté qui permet de faire ensemble voire de s'articuler ne créée pas de superstructure mais des dynamiques. C'est très différent. Je pense que nous pouvons (et peut être devons) jouer un rôle pour favoriser cette liberté. Mais cela me correspond car je pense fondamentalement que le temps des "internationales" et autres superstructures est révolues et que nous sommes dans une époque de tissage, de passerelles, de va et vient, de dynamiques variables et modulables.

En ce sens je pense qu'on peut répondre oui dans certains cas.

Le questionnaire est ce qu'il est. Il permet de prendre en compte des opinions, des tendances. Il n'est pas final. Mais il permet de mieux évaluer la réalité, la notre. Enfin je crois. La discussion à mon avis ne sera jamais close. Mais soit on permet des degrés d'autonomie qui favorise en notre sein la possibilité de dynamiqueS cohérenteS (j'ai mis un s tu as remarqué...) soit quelque part quelques uns répondent pour les autres NON à tout ou OUI à tout ce qui pourrait apparaitre d'une règle trop catégorique.


Return to “Babels-fr & babels-be”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 2 guests