Un Prix de la Traduction pour Babels / Nomade ?!?!

Discussions relatives aux coordinations Babels en France et en Belgique-België
Anne
.
.
Posts: 11
Joined: Tue Nov 25, 2003 7:44 pm

texte de présentation du réseau

Postby Anne » Wed Mar 09, 2005 11:23 am

Bonjour,

voici une nouvelle mouture du texte de présentation que nous allons envoyer à la production de l'émission. Il reprend la plupart des éléments qui étaient déjà dans la première version que vous avez vues, quelques redites ont été supprimées, et d'autres infos ajoutées.
Ce texte est uniquement une source d'information pour permettre à B. Pivot d'être informé sur ce qu'est Babels et préparer ses questions. Il servira également à fournir le commentaire au petit montage photo qui présentera le réseau.
S'il y a des éléments d'information qui vous semble manquer ou insuffisemment étoffés... you are welcome!
Question: si Nomade ne vient pas (comme j'ai cru comprendre), que fait-on de ce sujet?

Il nous reste encore à élaborer une trame des points qu'on voudrait que nos petits camarades qui seront sur le plateau aborderont, diront, défendront, etc.
Nous avons encore une semaine pour le mettre au point.

Anne

--------------------------------------------------------------
Quelles sont les origines de Babels ?

Le réseau Babels rassemble des interprètes et des traducteurs bénévoles (9000 environ aujourd'hui) qui interviennent lors des Forums sociaux continentaux, thématiques ou mondiaux. Ces Forums Sociaux sont des espaces expérimentaux où se rencontrent des mouvements et des organisations de divers pays et régions du monde, dans l’aspiration de concrétiser « un autre monde ».

Tout au long du processus de préparation du premier Forum social européen de Florence (Italie) en 2002, l’idée que l’interprétation pouvait être couverte par des traducteurs et des interprètes militants a cheminé. À peine trois mois avant le début de l’événement, un groupe de 400 traducteurs et interprètes fut constitué, apportant une réponse nouvelle, même si partielle à ce moment-là, aux besoins du Forum. Babels était né.

La traduction des réunions internationales du mouvement altermondialiste était depuis le début assurée soit par interprètes et traducteurs militants, soit par des interprètes rémunérés. Avec la création de Babels, la question de l’interprétation des forum sociaux et de la diversité des langues s’affiche enfin, la réponse s’organise ; ce n’est plus une question à la marge, qui ne dépendrait que des moyens financiers et du nombre de cabines qu’un forum serait en mesure de louer. La nature éminemment politique du choix des langues apparaît plus clairement, tout comme émerge aussi la question de « qui » interprète.

Depuis, Babels a fait partie des forums sociaux européens de Paris (2003) et de Londres (2004), des Forum sociaux mondiaux de Mumbai (Bombay, 2004) et de Porto Alegre (janvier 2005); du Forum social des Amériques en juillet 2004 à Quito, et de toute une série de réunions de taille plus réduite, comme des forums et des assemblées thématiques : le contre G8 (Annemasse, 2003), le Forum de l’eau (Naples, 2003) ; le Forum mondial des pêcheurs à Lisbonne (2004), le forum contre la guerre....
Actuellement, le réseau est impliqué dans la préparation du Forum Social Méditerranée et dans le prochain Forum Social Européen d’Athènes (2006).

Toutes ces initiatives internationales s’inscrivent dans l’esprit de la charte des principes des Forums Sociaux de Porto Alegre.


Objectifs

Le réseau Babels a pour vocation de promouvoir le droit de chacun à s'exprimer et à participer aux débats dans la langue de son choix. Il a pour ambition de (extraits de la charte du réseau):


Affirmer le droit de chacun à s’exprimer dans la langue de son choix.

• Contribuer à la réflexion sur le rôle des langues dans les mécanismes de domination culturelle et dans la circulation des idées entre les mouvements sociaux et citoyens.

• Etre un réseau international d’interprètes et de traducteurs bénévoles, désireux de mettre leurs compétences linguistiques bénévolement au service des mouvements sociaux et citoyens adhérant à la charte des principes des Forums Sociaux ; pour qu’ils puissent confronter leurs analyses, leurs expériences et coordonner leurs actions à l’échelle internationale.

• Proposer, en fonction des ressources du réseau et des besoins exprimés, de participer directement aux processus des Forums Sociaux et aux événements internationaux altermondialistes qui y sont liés, lorsque ceux-ci sont organisés par une coordination internationale.


En d’autres termes : « Babels a pour objectif de faciliter la communication multilingue dans les forums et les processus respectant les principes énoncés dans la charte des principes des Forums Sociaux de Porto Alegre. Les principes les plus importants sont : (1) le Forum social ne constitue pas un espace où l’on se dispute le pouvoir entre participants lors des réunions. (2) le Forum social est un environnement pluriel, diversifié, non confessionnel, non gouvernemental et indépendant des partis qui réunit de manière décentralisée des organisations et mouvements engagés dans des actions concrètes à tous les niveaux, allant du local à l’international, dans le but de construire un autre monde.

Notre objectif est de faire vivre ces principes pour permettre au plus grand nombre de participer aux forums sociaux, en faisant tomber les barrières linguistiques et en proposant des moyens de se comprendre les uns les autres dans un environnement multilingue et multiculturel. Nous fonctionnons sur un principe d’autogestion : nous visons à développer des moyens politiques et techniques permettant au forum de s’organiser indépendamment de la sphère capitaliste et de démontrer que, non seulement un autre monde est possible, mais aussi qu’il est en train detre construit. » (extrait du communiqué de presse – automne 2004 – FSE Londres)


Ainsi, depuis la création du réseau, les Forums Sociaux ne se déroulent plus uniquement dans les 3 ou 4 langues "majoritaires" dans le monde au passé "colonial », mais dans une moyenne de 15-20 langues. L'accent est mis par exemple sur les langues « minoritaires » ou ignorées, que ce soit par exemple le Hongrois ou le Polonais en Europe, le Quechua ou le Guarani en Amérique latine, le Telegu ou le Marathi en Inde. Le réseau a amorcé également (avec un début de succès) l'intégration des langues des signes (langues non reconnues par les organisations internationales).

L’action du réseau, c’est aussi son implication dans des projets dont il est soit l’initiateur, comme avec le projet « Lexique » pour la constitution de lexiques thématiques, soit en participant comme avec le projet Nomad (voir plus loin).


Comment fonctionne Babels ? Quelle est sa nature ?

Babels est un réseau horizontal, sans hiérarchie désignée, qui rassemble des personnes participant à titre individuel et bénévole, chacun(e) prenant en charge, en toute liberté, une partie des tâches à accomplir. Si leréseau réunit en majorité des interprètes et traducteurs, professionnels, occasionnels ou débutants, il est ouvert aussi à tous ceux qui, adhérant à sa charte, souhaitent mettre d’autres compétences au service de Babels et des Forum sociaux. Ainsi, certains participeront en cabine comme interprètes, d’autres prendront part à l’organisation des divers projets que le réseau suscite ou dont le réseau fait partie.


Babels se construit sur la diversité des origines et des expériences des interprètes et traducteurs bénévoles, l’interprétation et la traduction devenant alors des espaces d’échanges entre professionnels et non professionnels, militants et non militants et faisant une très large place à l’expérimentation.

Il intervient dans les projets comme un acteur à part entière, c'est-à-dire qu’il revendique de contribuer activement à la définition du projet auquel il participe.

L'organisation
Des groupes de volontaires se constituent à partir de projets comme la participation à un Forum social. C’est ce qui est appelé une coordination. Ces groupes peuvent se dissoudre après un événement ou au contraire perdurer, et le nombre de personnes qui y est en activité est fluctuant. Il y a ainsi des coordinations en Amérique du Nord et du Sud, en Europe, et en Asie.

Le réseau a suscité la création d’une structure, l’Association pour le réseau Babels, association de loi française 1901, créée en 2003 par la coordination française de Babels. Née pour les besoins du Forum Social de Paris-Saint Denis, l’association a poursuivi depuis son activité de soutien au réseau en diverses occasions : Forum social mondial de Mumbai (Inde) et de Porto Alegre, Forum social européen de Londres, Forum des pêcheurs à Lisbonne, etc.

Le réseau travaille ponctuellement avec d’autres structures et d’autres réseaux, à l’occasion des forums ou de projets à plus long terme, ou encore sur des expérimentations ponctuelles.

En voici quelques exemples :

La « préparation situationnelle »
Afin d’aider les interprètes à se préparer aux conditions particulières d’interprétation durant les FSE, un « kit » a été mis au point, avec la participation des réseaux Nomad et Ecos (une association d’étudiants interprètes basée à Grenade, Espagne), permettant aux personnes de s’entraîner à l’interprétation à partir de conférences enregistrées lors de Forum sociaux. Il a été expérimenté à l’occasion du Forum social de Londres.

Le projet LEXIQUE

Un groupe de volontaires, appelé les « lexiqueurs » ou « Voc’s » se consacre à l’élaboration de lexiques thématiques spécifiques. Il poursuit deux objectifs : répondre à l’un des objectifs du réseau en tant que facilitateur de la circulation et de la confrontation des idées dans le processus des forums sociaux, à travers la recherche de traduction ou d’équivalence dans diverses langues, de concepts, parfois très nouveaux, utilisés lors des forums sociaux. Le deuxième objectif est d’aider les interprètes dans leur travail d’interprétation en cabine, en leur fournissant une information, de la documentation et des lexiques spécifiques.
Cet ambitieux projet voit la participation d’autres associations dans divers pays telle que le réseau Ecos ou celui des « Traduttori per la Pace » (Italie), et est amené à étendre encore le nombre des participants.


Le réseau Nomad

Au-delà du nombre de langues, il s'agit aussi de multiplier les lieux multilingues. La traduction ne doit plus se résumer aux grandes salles, mais atteindre les plus petites où les différentes organisations ou personnes se rencontrent, échangent réellement, tentent de travailler ensemble. Dans cette logique, un projet d'équipements alternatifs, intitulé Nomad, s'est créé.

Dès le départ, les liens ont été évidents entre les deux réseaux Nomad et Babels, notamment leur dimension internationale et le fait de ne recourir qu’au bénévolat.

Deux types de techniques ont été développées. La première de ces techniques est la distribution du son à l'auditoire des salles de conférence au moyen en particulier de la Radio FM et de la Boucle magnétique. Les deux technologies sont peu coûteuses, fonctionnent à peu près dans toutes les circonstances avec un peu d'électricité et surtout permettent à ce que des acteurs divers se les réapproprient et puissent s'en servir pour leurs propres comptes.

La deuxième de ces techniques est le traitement du son dans la salle de conférence au moyen d'un logiciel libre intitulé TARG, spécialement créé pour cette application, que des bénévoles travaillent à améliorer depuis deux ans. TARG permet l'indexation, l'archivage et la diffusion en direct sur internet des contenus audio des conférences dans toutes les langues (à la fois des orateurs ainsi que des traductions correspondantes).

Les implications de l'utilisation de ces techniques sont multiples: la contrainte des langues, auparavant exprimée en termes de coûts, est donc devenue une contrainte politique et de débat (par exemple pour savoir si, dans une salle le Japonais remplacera le Français ou pas, si les débats sur, par exemple, le conflit Israelo-Palestinien se dérouleront en Hébreu et en Arabe, et non seulement en français, anglais et espagnol.

La promotion des langues fait aussi apparaître de nombreux acteurs nouveaux, non seulement dans les Forums eux-mêmes, mais également, dans les échanges internationaux. Le fait qu'il soit possible d'organiser une traduction dans un très grand nombre de langues permet ainsi petit à petit d'intégrer dans les débats internationaux des personnes ou des organisations qui sont détentrices soit d'une expérience, soit d'une réflexion qui demeurait auparavant inaudible.

La culture de l’interprétation simultanée, par exemple en Inde, est aussi une chose nouvelle dans le travail politique. Fort de l'expérience de Mumbai (FSM2004), les organisations indiennes utilisent de plus en plus l’interprétation simultanée pour organiser des débats. A titre d’exemple, l'année passée, alors que des experts internationaux présentaient leur rapport sur les conséquences de la catastrophe de Bhopal, évidemment en anglais, l'introduction de l’interprétation simultanée a permis non seulement d’augmenter très significativement la présence des populations locales, mais a également permis à ces dernières de participer, de critiquer, de questionner les résultats qui leur étaient présentés et qui correspondaient ou pas à leurs propres expériences.

steph
.
.
Posts: 143
Joined: Mon Nov 24, 2003 10:00 am
Location: France

Postby steph » Wed Mar 09, 2005 12:15 pm

ciao ciao

mini-réaction sur le projet des lexiques : ils sont multilingues, c'est tout l'intérêt. Et "voc", sans " 's " : c'est le nom de l'adresse mail de contact.

Mais question : est-ce que Ecos et Traduttori per la pace sont d'accord pour qu'on les cite? D'une poignée de personnes en 2003, le projet a considérablement grandi et implique maintenant d'autres réseaux : ouf! mais sont-ils ok pour qu'on les mentionne?

stéph

Anne
.
.
Posts: 11
Joined: Tue Nov 25, 2003 7:44 pm

Horaires de diffusion des Trophées

Postby Anne » Wed Mar 09, 2005 9:02 pm

Bonjour,

Voici les horaires de diffusions des Trophées sur TV5 Monde (en heure de
Paris)
TV5 France-Belgique-Suisse le 23/03 à 22h30 et le 25/03 à 4h30.
TV5 Europe le 22/03 à 18h25
TV5 Afrique le 20/03 à 14h30
TV5 Amérique Latine le 22/03 à 18h30
TV5 Etats-Unis le 25/03 à 18h30
TV5 Orient le 26/03 à 18h30
TV5 Asie le 23/03 à 14h30; le 24/03 à 22h30; le 29/03 à 4h30.

En France, les Trophées seront diffusés le 21 mars sur France 3 en 2ème
partie de soirée.


Anne

Phil
.
.
Posts: 30
Joined: Sun Dec 14, 2003 12:10 pm
Location: Paris france

Postby Phil » Thu Mar 10, 2005 7:14 am

Après une petite interruption de qq jours, ci-dessous les messages reçus sur les mailing lists entre le 4 mars et le 10 mars

Christina
I belong to the ECOS mailing list and have been following the debate about "the prize".

Babels didn't ask for this prize, and from what I've read it seems quite clear that we shouldn't (nor wouldn't) accept it. However, someone obviously thought we deserved it and I think Babels should take advantage of this opportunity not to boost our egos but to present the public with a mature and accurate view of the organisation, its activities and its goals.
The thruth is, if Babels doesn't go, nobody will ever know we even had this debate. And we will probably just reinforce the "anti-establishment" image so many people have about alter-movements. So I agree with Phil. Babels should go and decline the prize and explain who we are, what we do and why we don't want the prize in a polite, respectful and mature manner.
I know there's another debate going on about the advantages and disadvantages of using the main stream media to give publicity to alter-movements, but I think Babels could use some positive publicity this time. And, we never know, maybe we will give some of the people watching the show something to think about. We may even get some people actually interested in Babels!
Changing subjects slightly, I agree with Julie Boeri that we should avoid the Paris-Brussels-London axis. Nothing against you guys, but if Babels presents itself as a diverse, multicultural, multilingual group, we should try to actually reflect that.


Marlene
J'aurais vraiment aimée venir! Je suis tout à fait d'accord avec les points positifs émis. Il me semble également que c'est une belle opportunité pour mieux faire connaître Babels!
...
Bon courage aux courageux participants!!!!


Johanne
Il me semble important de rappeler que nos principes suivent ceux de la Charte de Porto Alegre. Je pense qu'il faut la citer Je préfèrerais dans la partie qui peut s'inscrire : toute personne qui souhaite assumer un travail bénévole MILITANT de traduction ou d’interprétation bon courage Johanne


Angelika
J'ai lu le topo Babels-Version 1 que je trouve bien dans son ensemble. Mais j'aimerais quand-même attiré l'attention sur quelques petits détails:
- au niveau cohérence formelle: là où c'est possible, je propose de décliner les adjectives également au féminin, et non pas seulement quelques'uns
- au niveau du contenu: à mon goût, j'aimerais rendre plus visible le fait que réseau ne veut pas dire que nous ne saurions pas travailler en équipe, et aussi définir de façon positive l'identité de Babels

Je proposerais donc
-d'ajouter, au point "fonctionnement>réseau horizontal", après "sans structure permanente": ... mais avec des équipes temporaires, virtuels ou physiques, qui se forment autour d'un Forum ou d'un projet (...) Nous sommes tou(te)s des bénévoles (...) Certain(e)s ...
- de remplacer "Babels n'est pas un préstataire de service linguistique (...) " par "Babels est un acteur politique intervenant comme relais linguistique"

Phil
.
.
Posts: 30
Joined: Sun Dec 14, 2003 12:10 pm
Location: Paris france

Questionnaire envoyé aux participants potentiels le 8/3/5

Postby Phil » Thu Mar 10, 2005 8:23 am

Le questionnaire ci-dessous a été envoyé à la trentaine de participants potentiels à l'émission - l'objectif est de sélectionner les 6 participants avant le week-end.

Bonjour,

Un des problèmes dans tout travail de coordination est la sélection. Qu'il s'agisse de choisir des personnes qui doivent participer à un projet, qu'il s'agisse de composer les équipes qui vont partager les cabines, qu'il s'agisse de représenter BABELS à Amiens, le problème du choix reste délicat, et ouvert à des contestations possibles. Mais il faut effectuer des choix ; c'est la nature même de la coordination qui le veut.

Soucieux d¹opérer dans une transparence concernant les critères que nous utilisons, et de les faire connaître, nous avons co-construit le questionnaire ci-dessous pour nous guider dans nos choix.

Notre objectif est de faire en sorte que l'équipe qui partira à Amiens soit la plus représentative possible de BABELS, donc la plus diverse possible.

Il y a une trentaine de candidat(e)s. Nous avons des contraintes :

… La contrainte budgétaire du déplacement : un départ de Paris dans le car fourni par la production ou bien se rendre par ses propres moyens à Amiens

… Une contrainte numérique : seule 6 personnes peuvent nous représenter

… Une contrainte de prise de parole : seulement 2 personnes seront amenées à parler davantage que les autres, surtout si Babels gagne le prix, ce qui veut dire avoir une bonne connaissance du réseau..... et avoir envie d’en parler à la télé.

C¹est pour établir un "sorry, no" le plus représentatif possible que nous avons sélectionné les critères suivants, et que nous vous demandons de nous aider dans les choix à faire, en répondant à notre questionnaire. Cela évitera les "choix à la tête du client". Merci de votre coopération .

Critères :

… Mixité hommes femmes.

… Diversité linguistique et si possible, langues "minoritaires"

… Âge (jeunes et vieux)

… Diversité des origines géographiques et ethniques

… Expérience dans BABELS (participation dans plus ou moins de projets)

… Interprètes/ coordinateurs/trices

... Professionnels/non-professionnels

Quel est votre nom ? sorry, no ?

Quelles sont vos origines ? Quels sont vos date et lieu de naissance ?

À titre d'exemple (c'est Judith qui parle), je suis fière de dire que je suis une Austro-Tchèque Irlandaise, que ma famille juive disloquée par la guerre m'a permis une ouverture mondiale et un plurilinguisme dès la naissance (Anglais, Allemand, Irlandais, ensuite FrançaisŠ)

Où habitez-vous ?

Quelles sont vos langues de travail ?

Êtes-vous un(e) interprète professionnel(le), expérimenté(e), ou "first timer" ?

Quels sont les projets BABELS au sein desquels vous avez participé ?

Était-ce en tant qu'interprète ou coordinateur/trice ?

Pouvez-vous vous rendre par vos propres moyens mercredi 16 mars à Amiens à 19h30 ou pouvez-vous partir de Paris en bus (rendez-vous Porte Maillot 16h45 pour départ à 17h – retour sur Paris dans la soirée) ?

Merci de votre réponse. Quant à nous, nous vous tenons au courant le plus vite possible avant le week-end.

Anne, Judith et Philippe

Phil
.
.
Posts: 30
Joined: Sun Dec 14, 2003 12:10 pm
Location: Paris france

Places dans le public réservées à Babels

Postby Phil » Thu Mar 10, 2005 8:27 am

UNE DIZAINE DE PLACES ONT ETE RESERVEES PAR LA PRODUCTION DE L'EMISSION POUR DES MEMBRES DE BABELS QUI SOUHAITERAIENT ASSISTER A L'ENREGISTREMENT DE L'EMISSION A AMIENS.

Si vous êtes intéressé(e)s, dites-le nous par email à :
prixamiens@babels.org

Philippe

Maria Brander
.
.
Posts: 80
Joined: Wed Oct 20, 2004 7:08 pm

Message de Jesus

Postby Maria Brander » Thu Mar 10, 2005 10:39 am

Bonjour Anne et Stéph

Nous avons ouvert aujourd'hui même un débat sur la liste d'ECOS à propos
de la mention de notre association dans le texte de présentation de
Babels. Plusieurs membres d'Ecos s'étaient d'ailleurs prononcés également
au cours du débat ouvert dans les listes et le forum Babels ces dernières
semaines (María Brander, Julie Boéri, Christina Jaouen, Markus). Jusqu'à
présent (nous pouvons attendre encore un jour si on a le temps) toutes les
interventions (pas trop nombreuses, il faut le dire) ont été contre
l'association d'Ecos à l'intervention de Babels dans cette émission
télévisée que nous jugeons inutile et contraire à l'esprit de Babels et de
notre association. Nous pensons que Babels et Ecos sont là pour se battre
pour la diversité linguistique et non pas pour défendre une langue qui au
cours de son histoire (comme l'espagnol d'ailleurs et tant d'autres
langues colonisatrices ) a plutôt écrasé les autres (pas la langue mais
ceux qui s'en servaient comme instrument de pouvoir, c'est sûr, mais
est-ce que les responsables de cette émission sont prêts à accorder aux
langues bretonne, basque, catalane, corse, flamande, alsacienne, pour ne
parler que de l'hexagone, le même respect chez eux qu'ils demandent
universellement pour le français?).

Il y a d'autre part parmi nous des doutes concernant "l'utilisation" des
médias officiels pour mieux se faire connaître. Premièrement, je crois que
la croissance extraordinairement rapide de Babels en trois ans malgré une
très faible médiatisation prouve que nous pouvons bien nous passer de ce
genre d'émissions. D'autant plus qu'il ne s'agira pas d'un débat calme et
étendu au cours duquel on pourrait développer des arguments, expliquer ce
qu'est le réseau en toute sa richesse et sa diversité, mais tout au plus
d'une intervention de quelques secondes (si jamais le prix "nous" est
décerné) après une présentation de Bernard Pivot (basé sur notre texte,
peut-être, mais selon sa propre sélection et intérêts) sur fond de
quelques photos. C'est pas vraiment le meilleur cadre pour se faire
connaître d'une manière correcte et précise. Nous risquons sérieusement,
je pense, d'avoir une grande diffusion mais de véhiculer en même temps une
fausse image de Babels qui nous exposerait à donner d'interminables
explications à ceux qui se rapprocheraient de nous en cherchant ce qu'ils
ne trouveront pas.

Enfin, je trouve assez pertinents à cet égard les argument exposés pas
Serge Halimi au FSE de Paris dans son intervention sur les médias et les
mouvements sociaux que nous avons filmée, puis transcrite et qu'il a
réitérés à Grenade dans une conférence il y a maintenant un an. Voici un
extrait:

" [...] Ainsi, au lieu de combattre les ressorts d’une information
pervertie par les techniques du marketing, certains contestataires ont
décidé d’y collaborer activement. Ils pensent sans doute, sincèrement, que
la critique du capitalisme a tout à gagner d’une médiatisation accrue.
Mais qu’a-t-elle à y perdre ? Quels sont les revers de ces médailles
médiatiques ? A quel compromis doit-on se résigner lorsqu’on choisit de
parler pour les médias ? Parler pour les médias c’est entériner l’idée que
les médias ont le droit de distribuer la parole dans la société. C’est
accepter que les journalistes sélectionnent les mouvements et leurs
porte-parole. Or, la presse accorde prioritairement son attention à ceux
qui se plient aux attentes et aux clichés de la profession. La
contestation risque alors de se porter sur le terrain des journalistes et
de s’exprimer à leurs conditions. Elle va devenir spectacle. Sa mise en
scène mobilisera des slogans qui sonnent comme de la publicité ou des
titres de presse plutôt que comme des mots d’ordre que les journalistes
jugent ennuyeux, corporatistes, sans humour."

Je crois que ce qui se passe en ce moment avec ce fameux prix de la langue
française colle parfaitement avec le tableau dépeint par Halimi.

J'attache le texte intégrale de son discours et je vous suggère de
l'inclure quelque part dans le forum ou le site de Babels. C'est pas notre
maître à penser à nous, mais ça nourrit, je crois, la réflexion.

D'ailleurs j'ai pas pu m'inscrire au forum (par incompétence technique
sans doute). Vous pouvez donc copier-coller le texte de ce message à titre
de contribution, individuelle pour l'instant, au débat.

Amitiés

Jesús

steph
.
.
Posts: 143
Joined: Mon Nov 24, 2003 10:00 am
Location: France

Postby steph » Thu Mar 10, 2005 7:22 pm

ciao ciao

bon, je suis pas mal étonnée de me voir interpellée, vu que je n'ai pas pris l'organisation de l'événement en charge. J'imagine que je n'ai à m'en prendre qu'à moi-même, parce que j'ai poussé à ce que l'information sorte de la liste privée genese, que j'ai poussé à ce que l'organisation de la participation, si elle se faisait, se fasse de façon transparente
et que j'ai pris position en réaction aux anathèmes que j'ai pu lire comme tout un chacun. Comme d'autres. J'imagine que le week-end de travail sur les lexiques qu'on vient de passer et la mention des lexiques ici y est aussi pour quelque chose mais la superposition de tous ces niveaux me semble arriver à un drôle de mélange.

Tout ça pour dire: je me trompe pê mais la plupart des débats suscités par ce prix honorifique n'ont rien à voir avec le schmilblick. Ils ont beaucoup à voir avec Babels, avec son organisation actuelle, avec la façon dont l'information circule entre les différentes parties du réseau, avec le mode de consultation-implication des gens, avec la représentation du réseau, avec les objectifs de la charte, etc.... si on survit à ce truc, j'essayerais bien de noter toutes les questions diverses que cela a soulevées pour en faire un point de départ à discussion (enfin, si ça sert à quelque chose).

Je reste passablement étonnée de voir à quel point la langue française est un point sur lequel on se focalise ici : certes, on ne peut l'oublier. Mais cela ne reste qu'un des aspects du bidule. Les journalistes ne sont pas les seuls à opérer les choix qui les arrangent dans la divulgation d'un message, visiblement. Le débat sur l'image de Babels, qui est lié à la participation ou non du réseau à cette enceinte particulière qu'est le plateau télé, au sein d'une émission perçue comme horrible, me laisse aussi très très perplexe : que ce soit dans un sens (y aller) ou dans un autre (ne pas y aller), c'est comme si quelqu'un, quelque part, détenait la vérité sur Babels. Au bout du compte, je trouve ça inquiétant. D'autant que cette histoire montre à quel point le réseau accueille des gens de tous horizons-et tant mieux.

En France, le mouvement des intermittents du spectacle, des anthropologues et des jeunes profs a produit des contre-propositions fantastiques au discours néo-libéral dogmatique du gouvernement au cours des deux dernières années : ils ont occupés le Palais de Tokyo, se sont jetés dans la Seine pour montrer à quel point leur situation était désespérée (NON!!! ON NE VA PAS LE FAIRE!!!!), ils ont épluché les comptes de l'Unedic et écrit une contre-proposition de loi portant sur le statut et le régime social des intermittents. Tout en restant festifs, tout en restant combattifs. Ils ne sont pas laissés enfermer dans l'opposition frontale au discours dominant, ils n'ont pas suivi les mots d'ordre planplan des syndicats : ils ont inventé des réponses. C'est ce que je retiens des propositions de Mohammed et de Barbygere : inventer. J'ai l'impression qu'on s'est tellement épuisés et radicalisés qu'on a loupé cette option, non?
stéph

Maria Brander
.
.
Posts: 80
Joined: Wed Oct 20, 2004 7:08 pm

The Oscar goes to....

Postby Maria Brander » Tue Mar 22, 2005 8:45 pm

Et bien? Please make us sortir de este estado de curiosité insoportable en which we are! Who won?
Personnellement, I was trop occupée today ce soir ici à Edinburgh going to Chomsky's conference "Illegal but Illegitimate: a Dubious Doctrine for the Times" pour poder poner TV5 en la televisión para ver los Oscars.
¿Qué ha pasado?
Best regards amicalement et with no bad feelings,
M. Brander


Return to “Babels-fr & babels-be”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 2 guests