A propos du dernier rapport... (FR)

Caracas, Venezuela : enero 24-29, 2006

Moderator: caracas06

Andrea V
.
.
Posts: 15
Joined: Sun Jan 08, 2006 10:20 am

A propos du dernier rapport... (FR)

Postby Andrea V » Sat Jan 21, 2006 12:16 pm

ES - Hola, perdonenme por no traducir este mensaje, es que va a ser largo y no voy a tener tiempo... Perdonen lo largo que es tambien, por favor.

EN - Hi, sorry for not translating this message, it is going to be a long one and I really miss time for this... Please also excuse me for writing such a long message.


FR - Bonjour, excusez-moi de ne pas traduire ce message, mais il va être long et je n'aurai vraiment pas le temps... Désolée aussi de vous servir un message aussi long.

Hier soir, après avoir correspondu avec Kate Wilson -- que je tiens à remercier pour sa réactivité -- j'ai enfin réussi après plusieurs appels débouchant systématiquement sur une ligne occupée (normal, je suppose que beaucoup d'entre nous ont eu ce réflexe) à parler en coup de vent à quelqu'un du bureau Babels à Caracas. Je voulais en savoir plus sur ce qui avait effectivement été prévu dans les réservations. J'ai obtenu les réponses suivantes, et je les en remercie: il y a de grandes chances que l'agence n'ait réservé que le trajet Paris-Caracas (je suis de Strasbourg, à quatre heures de train de Paris), et que je doive me débrouiller pour le reste du trajet, mais celui-ci me sera remboursé une fois sur place. J'étais donc encore à peu près rassurée et contente hier soir...

Et puis voilà que ce matin je reçois ce rapport décourageant de la part du comité organisateur, où l'on nous explique qu'en gros, si on n'a toujours pas nos billets, c'est que la réservation n'a toujours pas été payée et a donc sans doute été annulée. Et après ça, plus un centime dans la caisse, évidemment: j'en déduis que pour les fameux remboursements de trajet ville d'origine-aéroport, c'est compromis, contrairement à ce que disait la voix rassurante que j'ai entendu au téléphone. Et le temps de passer le flambeau à l'entité qui s'est vu octroyer les ressources gouvernementales (dont on ne sait même pas si elles suffiront réellement, ou si du moins elles sont flexibles), et surtout que pour ce faire les personnes concernées délèguent leur lourd travail moyennant finances (ce que je peux parfaitement comprendre), ce n'est pas demain la veille qu'on va résoudre ce noeud gordien...

Bref, passons sur ces négociations interminables. Ce que je voulais dire, c'est qu'une incongruité flagrante ressort de tout ceci: comment expliquer qu'entre le nombre d'interprètes initialement prévu d'après le budget déjà disponible ou en fonction de l'aide financière potentielle (je le suppose et l'espère, du moins, n'hésitez pas à m'indiquer mon erreur le cas échéant!) d'une part, et le nombre d'interprètes restant sur la touche malgré plusieurs désistements d'autre part, il y ait une telle anomalie? Des questions se bousculent: Babels aurait-il eu les yeux plus gros que le ventre? Est-ce que les responsables du portefeuille ont fait une erreur de calcul, ou est-ce que tout simplement cela viendrait d'une organisation à deux vitesses dans laquelle certains se tuent à la tâche pendant que d'autres dorment sur leurs lauriers, ce qui aboutit à une désinformation? Par conséquent, est-ce le retard de préparation associé à l'augmentation du prix des billets entre-temps qui a généré ce manque de moyens? Je ne peux ni ne veux accuser personne, j'admets qu'il y a peut-être aussi eu une part de malchance et je n'aime de toute façon pas juger, mais j'aimerais vraiment comprendre...

Alors voilà où j'en suis, personnellement: malgré tout ce désordre, je n'ai pas envie de rater cette belle aventure. Sachant que de toute façon le retour ne se fera pas après une certaine date et qu'au vu de ma situation actuelle ça ne me pose pas problème personnellement, je me tiens à disponibilité, en tous cas jusqu'à la veille du départ prévu le 24 (je suppose qu'il est inutile de nous faire partir plus tard). Si le 23 au matin je n'ai pas reçu d'informations définitives, je prendrai d'autres engagements et Caracas ne sera plus qu'un beau rêve, voilà tout. J'en suis à un point où je commençais à tellement m'inquiéter, que j'ai décidé de ne plus m'inquiéter et de laisser couler: advienne que pourra, si ça se résoud je serai là, sinon tant pis. Ma valise sera vite faite ou vite défaite et je passerai à autre chose si ça rate cette fois-ci. Et je veux être optimiste: chat échaudé craint l'eau froide, et après être passé aussi près du gouffre, Babels ne peut que veiller à la moindre faille. Simple question de survie: quand on s'est brûlé une fois, on ne remet pas la main dans le feu. Alors dans le pire des cas, je compte bien vous retrouver à Athènes, et dans une organisation qui coule de source!

Le réseau Babels fait maintenant partie de ma vie. J'en ai fait la promotion autour de moi, quelques-uns de mes amis l'ont rejoint récemment à mon invitation, et je serais navrée qu'ils soient déçus. Babels a non seulement contribué à mon expérience en interprétation, mais m'a aussi permis de vivre des moments inoubliables et de rencontrer des gens fantastiques... C'est grâce à lui que j'ai tous ces souvenirs, et toutes ces expériences toujours utiles. Et rien que pour tout ce qu'il a accompli jusqu'à présent, je ne peux le montrer du doigt. Alors au contraire, je voudrais le soutenir, le faire vivre, ou devrais-je dire revivre. Et tout corps vivant a besoin d'un cerveau qui centralise les informations pour fonctionner sans heurts. Or, à cause de son mode de fonctionnement sans hiérarchie clairement définie, Babels est un corps sans cerveau.

En tous cas, si ce n'est pas le cas, c'est l'impression que ça donne, vu de l'extérieur. Je me sens trop loin et trop impuissante pour savoir quoi faire... Mais ensemble, nous pouvons réussir, d'où l'importance de nous réunir et d'en parler sérieusement. Cela prendra le temps qu'il faudra, mais il faut impérativement le faire. Nous devons reprendre Babels en main si nous ne voulons pas ternir sa réputation et le voir mourir à petit feu, en espérant qu'il ne se consume pas carrément d'un coup sur l'échafaud de Caracas.

Un autre Babels est possible... ;-)

Bises à tous et serrons-nous les coudes!
Last edited by Andrea V on Sat Jan 21, 2006 7:06 pm, edited 1 time in total.

Ferdydurke
Posts: 5
Joined: Sat Dec 04, 2004 10:05 pm
Location: Montréal Québec
Contact:

Oui, pour un Bables post-Caracas

Postby Ferdydurke » Sat Jan 21, 2006 4:33 pm

Disculpe de falta de traduccion, es para decir gracias a Andrea para su reflexion sobre la necessitad de cambiar Babels, amejorar su estructura, si no inventarle une estrucutra, despues de Caracas...

Sorry for lack of translation, simply thanking Andrea for her thoughts on the necessity to change Babels, improve its structure, in fact give it a structure, after Caracas...


Andrea, tu es admirable! J'avais tellement besoin de te lire ce matin, tu ne t'imagines même pas! Merci de cette réflexion, de cet à-propos combien pertinent, une étreinte calme et chaleureuse par ce froid matin d'hiver. J'exulte de te voir ainsi transportée par la foi en ce Babels blessé, ce Babels qui, subitement, a tant de plomb dans l'aile. Et nous tous qui espérions encore hier soir, envers et contre tout, nous qui nourrissions la flamme malgré le vent, malgré le silence, malgré le doute. Tu as raison, au fond, un autre Babels est possible, un autre Babels DOIT être possible! Après la souffrance d'innombrables vies perturbées en vain, d'espoirs déchus, de tant de bonne volonté aujourd'hui déçue, il nous faudra tourner la page, et, philosophes, entamer une refonte, poser des balises, penser des garde-fous. Je peine à m'imaginer revivre le cauchemar que furent les dernières semaines! Alors, oui, tournons déjà les yeux vers Athènes, comme tu dis.

Jean à Montréal

tanyish
.
.
Posts: 26
Joined: Wed Jan 18, 2006 5:09 pm
Location: PARIS / GALICIA

Re: Oui, pour un Bables post-Caracas

Postby tanyish » Sat Jan 21, 2006 5:14 pm

Salut Andrea, c'est Tania. Un peu comme toi, j'ai reçu ma réservation mais JE NE COMPRENDS RIEN, je ne sais pas si je pars ou pas.

Je ne m’exprime à personne en particulier là et de façon un peu vague..

Bien sûr que je veux partir, je suis là depuis toujours et j'ai mis plein de gens dans ce beau bordel. Je m'en fiche des adversités, seulement je n'aime pas la manque d'honnêteté et que les pêchés de quelques personnes foutent en l'air les rêves et les efforts de tellement.

Je veux savoir si je pars. Si je ne pars pas ce n'est pas grave, mais il faut que je le sache et je ne sais pas comment avoir une confirmation. Cela me semble aussi ridicule que contre-productive pour notre cause... Mon métier me permet de pouvoir consacrer mon temps et mon argent aux bonnes causes. Si je ne peux pas l'organiser dans ce sens-là, je ne pourrais pas aider le reste du monde, et cela est bon pour tous.

Bien sûr qu'un autre Bables est possible, il se crée chaque jour, on ne peut pas parler de Bables en troisième personne, nous sommes tous Babels, voilà sa force, donc j'aimerais que tout le monde respecte ça et ne se prenne pour un haut placé ou quelqu'un qui profite seulement du travail des autres du bas d'une pyramide qui n'existe pas (une tour de Bables oui, où en effet il y en a certains en haut et personne se comprend, mais on reste ensemble et on aide les autres...).

Nous sommes interprètes et militants, les deux choses forcement, autrement on serait dans une autre structure. Donc la transparence est très nécessaire pour qu'on puisse s'engager pleinement et à titre personnel pour le bien de tous, et pas le sien.

Tellement de bla, bla... Le même auquel nous voulons proposer une alternative... et on tombe dans le même piège...

UNE LISTE "officielle" DES PERSONNES QUI PARTENT DÉJÀ????? Et après on peut discuter d'autres choses, mais il faut être un peu pratique, merde....


Return to “FSM - Caracas 2006”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest