Report after WSF (collective writing)

Mumbai, India: 16- 21 January 2004
ljesover
.
.
Posts: 173
Joined: Thu Nov 20, 2003 9:36 am
Location: France

Report after WSF (collective writing)

Postby ljesover » Fri Feb 06, 2004 9:33 am

Hereafter some proposals concerning sharing our experience and making it available to others

ljesover
.
.
Posts: 173
Joined: Thu Nov 20, 2003 9:36 am
Location: France

Proposed deadlines and other stuff

Postby ljesover » Fri Feb 06, 2004 9:47 am

Dear all,

It is about making a report, or even reports (since there could be several), in order to publish it worldwide through the WSF secretariat.

The first proposed report could be as following

AIM
Sharing our experience, but mainly laying the ground politicaly for further involvements by making certain key issues kwown and therefore trying to weight positively on ongoing processes.

TYPE OF DOCUMENT
A concize and down to the point paper of no more than 8 to 10 page could be perfect. Although there is several distinct components, the shared feeling is to link them in a comprehensive content table which represent our common work.


Outside deadlines

- 5-7 April - WSF International Council Meeting
- Around the 9 March - European ESF meeting

Proposed inside deadlines

- Final report should be ready by the end of February and mailed extensively.
- Actual writing should be made between Feb. 10 and 20
- Discussion on the draft should take place between now and Feb. 9


HOW TO WRITE TOGETHER

I am not familiar with this process. Hence, I might suggest stupid things.

- Until Feb 9
Please post your proposed changes on the table of content and other suggestions or critics


- From Feb 10 to around the 17
Please post small paragraph concerning this or that that you'll want to insert in the report. You can just also post ideas, key issues you'll want to see there.


- After the 20 to around the 27.
Proof reading therefore could be organize afterward and final changes proposed.

ljesover
.
.
Posts: 173
Joined: Thu Nov 20, 2003 9:36 am
Location: France

Proposed draft (Version 1)

Postby ljesover » Fri Feb 06, 2004 9:50 am

Proposed draft (Version 1)

Hereafter is a proposed draft. It is a personal proposition and not final not even discussed yet. Actually we had some discussions about it in Mumbai with the FM team the Nomad one and the other Babels coordinators. This reflect (at least for what I could recall from the discussions) I hope more than less, what was said between us.

After the WSF4 in Mumbai.
Report on Babels – Nomad (Translation)


In this report we will deal with several issues related with translation during the WSF4. There are three components related to “WSF translation”:
- The “human side”: On languages, on interpreters (simultaneous live translation) and on translators (written translation). Hereafter, this will be referred to as Babels;
- The “digitalized side”: On new equipments based on computer linked digitalization of voice signals. Hereafter, this will be referred to as Nomad;
- The “radio side”: On conference room transmission using the FM band based on receivers and emitters. Hereafter, this will be referred to as FM Team.


Although these three components exist and will be dealt with separately, “WSF translation” is one single issue. All components are reflecting differently the same project which is articulated to the WSF process in different ways and through different channels. This project will not have been possible without the help and support of the Indian Organizing Committee (IOC). However because of the originality of the project (for the first time ever “WSF translation” is an internal process and not an external one) some specific problems arouse, which were not fully foreseen by all and therefore not necessarily dealt with properly: Translation is not only a technical issue but also a political one, which was involving deeply volunteer groups and IOC member organizations and international decision making procedures within the WSF process.


The WSF4 is the cornerstone of some historical steps and is by many aspects a world premiere involving the whole process. This should have important consequences not only in the WSF process per se but also in other Social Forum processes and in the civil society movements in general. Translation was given new meanings and new realities pushing all known limits thus integrating it both in the process and the event, in the “communication” and in the “memory”, in the political built of “another world possible” and in new technical developments.


This project was made possible by the involvement of a team of around 200 persons reuniting volunteers and non-volunteers: Interpreters, software developers, technicians, artists, and various types of coordinators. This report reflects therefore the opinion of most of the people directly involved with the “WSF translation” outside of the IOC and the other organizations participating to the WSF process in general. It will be articulated around comprehensive points, each one of them being developed by each of the three “WSF translation” components.

1- Political and technical aims

In this part we will discuss the aims the project. It did not only start with the Miami International Council (IC) meeting (June 2003) or with the Chennai IOC and Asian preparatory meeting (September 2003), but before these with the Hyderabad Asian Social Forum (??? 2002) and for some part within the European Social Forum process since 2002.


a) Babels


b) Nomad


c) FM Team


d) Keynotes
(5 to 6 main points taken from all the above reports)


2- Implementing translation within the process and the decision making procedures

In this part we will discuss the practical aspects of the project involving budget but also political decision making constraints, as a component of the preparatory process. The last months until the eve of the event are particularly critical in order to implement the large consensus based political decisions. It is also the time when “smaller” decisions need to be made and therefore when the constraints but also various solutions to levy them need special care.


a) Babels


b) Nomad


c) FM Team


d) Keynotes
(5 to 6 main points taken from all the above reports)



3- Assessing the feasibility

In this part we will discuss the actual feasibility of translation during the event itself. Whatever is the nature of the project a 120 000 people event always show new elements and various successes and lacks in the preparatory phase.


a) Babels


b) Nomad


c) FM Team


d) Keynotes
(5 to 6 main points taken from all the above reports)



4- What next ?

In this part we will discuss the future of such a project. These points will be part of a proposal for the 2005 WSF5 in Porto Alegre concerning “WSF translation”. They can help also further developments outside the WSF, in other Social Forum processes and outside of them as well.


a) Babels


b) Nomad


c) FM Team


d) Keynotes
(5 to 6 main points taken from all the above reports)

Verónica
Posts: 7
Joined: Sun Dec 07, 2003 4:22 pm

Draft version

Postby Verónica » Sat Feb 07, 2004 5:19 pm

Personally, I have some serious reservations about the draft proposed by Laurent.
-Are we going to make a report on the "WSF Interpretation" in Mumbai or is it more of a general background of Babels? In the first part of the proposal (the political and technical aims), you propose to start with the Miami International Council meeting and then, going back in time, to report on the ESFs since 2002? Firstly, who attended to the Miami meeting? I don't think many people can talk about that particulary meeting, and, secondly, isn't it too ambitious and confusing to start talking about Florence in a report about Mumbai? We could refer to Florence and Paris in some introductory remarks but not in the heart of a report about Mumbai.
-The heading of the second part is "Implementing translation (and interpretation) in the process of decision making". Well, thanks for mentioning it because I think it is about time to make decisions in a more democratic way. The decision making process so far is not clear to many people. We like to think of us as a network but not every single person of the network is involved in the decision making process. Why not take this opportunity to tackle this vital matter?
-Finally, the last heading is called "What next?" Great, once more, you touched upon another fundamental problem of Babels. Do we really know where we are heading for? Shouldn't we take the time to have an in-depth debate about this particular matter?

Just a technical question, who is supposed to go the next meeting of the WSF International Council meeting on April? Where will it take place?

ljesover
.
.
Posts: 173
Joined: Thu Nov 20, 2003 9:36 am
Location: France

Postby ljesover » Sun Feb 08, 2004 7:11 am

Thanks for the comments. I guess something is unclear, maybe some introductary stuff should make it better.

The first part for instance is not on debriefing the meetings. That was done. A document was written entitled Interpreting Principles for the WSF4. You received it once registered as volunteer for the WSF like all the interpreters. However, this first part idea, maybe a wrong one, was to restate some important points concerning our involvement in the WSF4 for instance taking about "Babels", the number of official languages and the 100% volunteer requirement.

For what next ? It is not meant to say yes to all blindly. It was meant, but once again poorly explained in the introductary paragraph, to explicit what is at work (and some projects are... already) and we forsee the conditions for an involvement in the next WSF. For instance what about building up a netwrok in Latin America ? Volunteer do not need to come from Europe solely (it is just an idea, personal, which I let down for the sake of an example)

Who is going to the next IC ? I do not know. I guess as usual people who are willing to work on this, to give it a try. Anyone able to go.

If there is no one volunteering to take this process on, well no need for further discussion we are not participating. That is in a sense what I like most about network in general and Babels in particular, it is in a sense very "natural". Not all have to agree. Not all have to do the same thing. But if no one is willing to volunteer well this is leading to the fact that there is no participation from us. It is quite different from an "organization" where decisions are centralized (even if the centre is "numerous people" or "demcraticaly elected or chosen body" or...). Well that goes a bit out of the tracks.

The report is just to make some important points clear and loud. I guess there is another report to be made, or better since my feeling is that the other sections of this forum are one, a summary of the discussed points to be shared internaly (what I mean is within our own network).

steph
.
.
Posts: 143
Joined: Mon Nov 24, 2003 10:00 am
Location: France

Postby steph » Sun Feb 08, 2004 9:12 am

Hi folks,

I agree with Veronica that the ESF process should be dealt with in another way. We haven't had any time to sort it out between the coordinators involved in the preparation of the latest one and it's a pity. A lot of ideas may go wasted and drawbacks forgotten about, with the risk to repeat the same mistakes. (And, donot get me wrong : I'm not engaging in yet another fight about oldies and newcomers).
Plus, remember one very practical thing : some of us simply donot use the forum. In fact, going through the names of the writers tells you how many people involved in the preparation of the ESF have gone missing from the debates. Maybe they"re simply through with Babels, maybe they're simply not comfy with this new tool.
So, whatever they have to say or share could get lost if the forum is the only way to learn from the ESF process. As far as the ESF 2003 is concerned, we'd better call for a reunion.

Could you share the "Interpreting Principles for the WSF 2004" with the rest of us? It sounds interesting.

About the next WSF and its IC meetings : a lot of people seem interested (I sure am). Now, on what terms are Babels and the IC people? I reckon the talks are at their very beginning: could the people involved in those talks with the Brazilian organizers at Mumbai shed some light on what was said, what"s in store, what's at stake, who's who, ect...
This helps evaluate the needs for such a project and then, people can say "yes, I volunteer to take that part of the project in charge". Otherwise, it just comes down to : "yes, take me if you please, I'll do whatever there is to do". :(

cheers
stéph

ljesover
.
.
Posts: 173
Joined: Thu Nov 20, 2003 9:36 am
Location: France

Postby ljesover » Thu Feb 19, 2004 9:53 am

Would you like we get into a meeting through the Babels-chatroom ? At a given time and hour for let say 30 minutes or so... ?

My proposals for the different parts of the the report could be as following.

1- Political and technical aims

In this part we will discuss the aims the project. It did not only start with the Miami International Council (IC) meeting (June 2003) or with the Chennai IOC and Asian preparatory meeting (September 2003), but before these with the Hyderabad Asian Social Forum (2002) and for some part within the European Social Forum process since 2002.

a) Number of languages - Consequence on mobilization
b) Call for volunteers only - An evolution for integrating more people
c) Integrating translation within the process (and not outside of it like a wraping of a packed event)


2- Implementing translation within the process and the decision making procedures

In this part we will discuss the practical aspects of the project involving budget but also political decision making constraints, as a component of the preparatory process. The last months until the eve of the event are particularly critical in order to implement the large consensus based political decisions. It is also the time when “smaller” decisions need to be made and therefore when the constraints but also various solutions to levy them need special care.

a) Difficulties in understanding translation
i) Lack of coordination between the programme group and the translators mainly called for last minute title translating
ii) Lack of coordination between the organizing group and the programme group leading with no work on languages per conference with direct contacts with mobilizing groups in different regions or countries

b) Difficulties in expanding the decision process outside of physical meetings
i) Before physical encounters in Mumbai (with people coming from Europe but also from other part of India, New Dehli in particular) there were no real exchanges between all the parts involved
ii) No clear view on the budget decisions made, Babels being more felt like an outsider or a nearly free service provider

c) A global cultural gap which has lead to both respect and ignorance between both part.
i) The need to have a group of persons (at least two) who are following this type of issue from beginning to end and are directly integrated within the organizing committte physically as partners to it.
ii) A real trust existed, besides the misunderstanding and the differences, as all the proposals were in fine discussed and made but with unecesserary stress


3- Assessing the feasibility

In this part we will discuss the actual feasibility of translation during the event itself. Whatever is the nature of the project a 120 000 people event always show new elements and various successes and lacks in the preparatory phase.

a) Besides technical and practical issues, few days (or even one) prior to the event 200 persons were taking care of, welcomed, scheduled and so on

b) In fine some lack in languages

c) Questioning the "service to the main events"?
i) If needed probably not the sole ones
ii) A pool of volunteers for other events like seminars/workshops needed with a fair and open process to provide interpreters
iii) Lack of a "translator groups" on the spot linked with communication and websites (the example of the "rape" case and the press release not known to delegations outside the "English world") and other needs.

4- What next ?

In this part we will discuss the future of such a project. These points will be part of a proposal for the 2005 WSF5 in Porto Alegre concerning “WSF translation”. They can help also further developments outside the WSF, in other Social Forum processes and outside of them as well.


I guess some of the proposals should be easily taken from the above...



What do you think?

judith hitchman
.
.
Posts: 29
Joined: Mon Dec 01, 2003 10:02 am
Location: Tarbes, Pyrenees, France & Ireland

Postby judith hitchman » Wed Feb 25, 2004 4:32 pm

I had committed myself to writing a report for a group in which I am an activist, and which co-funded me (the cost of the ticket from Tarbes to Paris...). The resport is purely experiential, and is in French, but some people might like to read it. Also if it is of any use in the collective report, so much the better: don't hesitiate to take bits and add them! Sorry if youfind it too long...

Judith J:)

"Ca y est, enfin…le e-mail tombe, confirme que je ferai partie de l’équipe de Babelites qui partiront à Mumbaï, pour le Forum Social Mondial. Aussitôt, je fais le nécessaire pour faire renouveler mon passeport qui sera bientôt périmé ; pas question de louper la cocher pour une telle bêtise. Et puis il y a les vaccins. Rien d’obligatoire, mais la liste des recommandations est longue. Avec Monique, ma doctoresse, nous construisons un calendrier spécial pour tout faire en temps et en heure. Et puis il y a le visa. Je ne veux pas me séparer de mon passeport dont j’ai constamment besoin, et décide d’aller moi-même à l’Ambassade d’Inde, lors d’un passage à Paris. La queue est longue, il fait froid. Au moment où la porte de l’Ambassade s’ouvre, les gens s’engouffrent, toute notion de queue oubliée, se précipitant sur les guichets. Il me semble un instant déjà ne pas être en France….Le lendemain, retour pour chercher le passeport, même topo. La femme derrière le guichet m’annonce, que mon visa n’est pas prêt, sans trop chercher. J’insiste, et, par miracle, elle le trouve dans la pile à côté d’elle…Visiblement, même au sein de l’Ambassade, les notions de temps, d’efficience ne sont pas les mêmes qu’en France.

De retour après les fêtes de fin d’année, le 12 janvier arrive très vite. Je sais que Mumbaï est une ville particulièrement polluée (je ne me suis pas trompée, d’ailleurs !), et Laurent nous a prévenu que les conditions de travail seraient particulièrement dures, alors j’effectue une semaine de ‘mise en forme’ avant mon départ, avec du ski de fond au programme, pour mieux résister aux difficultés à venir. Et puis c’est la valise à préparer, une pharmacopée importante ‘pour le cas où’…

Les jours avant le départ, e-mails se multiplient. Je serai seule sur mon vol. Avec une escale de presque 5 heures au milieu de la nuit à Abu Dhabi. Impossible de dormir. Soit. Il me restent deux jours pour récupérer avant de commencer le travail sur place.
Des groupes de femmes voilées sont assises en attendent des vols pour je ne sais où. Certaines n’exposent que les yeux, d’autres, plus ‘libérées’ en tenue occidentales. C’est le ‘hub’ de la compagnie Gulf Air, et les vols repartent nombreux pour tous les Émirats.

Nous repartons. Le vol ne dure que deux heures. Bientôt, l’avion commence sa descente sur Mumbaï, et, le jour levant, je me penche à la fenêtre pour capter une première vue…d’un nuage de pollution épais, jaunâtre qui apparaît suspendu au dessus d’une vaste agglomération qui s’étend à vue d’œil. Les portes s’ouvrent, et l’air est frais. Il y a une amplitude thermique très important entre le jour et la nuit : la température chute de 35°C à 15° en peu de temps. Avant même d’entrer dans le bâtiment, je suis assaillie par les moustiques. Mon aérosol est dans mes bagages. Je râle, car s’ils m’aiment, c’est une histoire d’amour à sens unique…

Arrivée dans le bâtiment, les sens sont assaillis par toutes les différences qui marqueront mon séjour : le délabrement, les odeurs, les couleurs…nous attendons interminablement nos bagages, qui arrivent enfin…des cartons mal ficelés, de vieilles valises, sur un tapis qui roule on ne sait comment et qui s’arrête souvent. Visiblement, il y a des populations distinctes sur ce vol : les altermondialistes, faciles à repérer, et des indiens, de retour de je ne sais où…

Les consignes que m’avait données Laurent sont de prendre un taxi prépayé pour aller à l’hôtel. Je me rends donc à un des guichets, me débrouille, tout en négociant le tarif. Je sors avec mon ‘bon’, pur chercher le taxi. C’est mon premier aperçu des voitures…les taxis, modèle unique qui doit dater des années ’60, rouillés et pétaradant démarrent à des allures qui me semblent tout à fait déraisonnables. Par ailleurs, les queues de ‘rickshaws’ leur font concurrence.

Nous roulons très vite sur des routes, des chemins poussiéreux faits de trous et de bosses. Les habitations d’une certaine élégance se trouvent à côté de bidonvilles infâmes. En effet, à Mumbaï, tout terrain vague est immédiatement investi par les milliers de personnes venus des campagnes, forcées de quitter leurs lieux natals pour toutes les raisons qui poussent les personnes des zones rurales vers la ville dans le monde entier…ici, à Mumbaï c’est 19 millions d’habitants, dont la vaste majorité sans ressources fixes, qui font de la récupération manuelle dans les ordures, dans les rues, qui vivent on ne sait comment. Mais, caractéristique qui me semble remarquable, il y a cette co-existence dans les quartiers, cette acceptation d’un sort, un sourire de douceur malgré un lot qui à nous européens, semblent insupportables.

Notre hôtel se trouve dans un quartier qui me semble sympathique. Des commerçants, un marché avec des étalages de fruits et de légumes, des petits magasins vendant tut et n’importe quoi …pleins de trésors à explorer plus tard.

Arrivée à l’hôtel, je prends possession de ma chambre. Il faudra la partager, faute de moyens obligent. Géraldine, la jeune Belge avec qui j’avais travaillé lors du FSE arrive un peu plus tard. Nous ferons chambre commune dans la bonne humeur et la confiance durant tout notre séjour, en menant une lutte commune pour un autre monde et contre les moustiques…

Je défais mes bagages, et m’allonge un peu après cette longue journée suivie d’une nuit sans sommeil. Un peu plus tard, le téléphone sonne, m’invitant à prendre le petit-déjeuner…malgré les repas successifs dans l’avion, plus par curiosité que par faim, je me rends au restaurant. Un buffet de fruits, de plats chauds, où l’influence coloniale côtoie les goûts et les couleurs locaux. Je me sers de crêpes, d’œufs brouillés, de papaye. Les crêpes sont délicieuses, très relevées. Le café ressemble plus à un jus de chaussettes qu’au breuvage auquel je suis habitué. Le restant est sans surprise.

Peu de temps après, il y réunion de coordination. Nous sommes plusieurs déjà dans cet hôtel, comme dans les 2 autres. Je me trouve ensemble avec les Espagnols, les Coréens et l’équipe de coordination de Babels. Après la réunion, nous décidons à plusieurs de faire un tour ‘en ville’.

Nous partons ensemble, en empruntant des rickshaws. Ce pousse-pousse typique ressemble à un scooter avec un banquette arrière, et un toit. Il y a une barre pour se tenir – vitesse et état des routes obligent. Il est possible de s’asseoir à trois. Un compteur donne le tarif. La culture des rickshaws est particulière. Il n’existe pas de carte de Mumbaï. Cette ville est trop grande, trop changeant pour que cela soit possible. De plus, les chauffeurs ne parlent pas souvent anglais : et ma connaissance des langues Indiennes est plus que limitée… de surcroît une grande partie de chauffeurs me semble ne pas être alphabétisée. Ce qui ne veut pas dire qu’ils manquent de débrouillardise ! Nous comprenons rapidement le système. Pour les points géographiques importants, telle la gare, pas de problème, la compréhension est immédiate. Pour aller ailleurs, il faut indiquer le quartier, et écrire l’adresse précise sur un papier. Le chauffeur se dirige vers le quartier, et ensuite s’adresse à des passants dans la rue pour trouve la bonne destination. Parfois on se perd, parfois non…

La condition des rickshaws et le tempérament des chauffeurs est un sujet à part. D’une façon générale en Inde les gens paraissent assez peu stressés. Cela n’est pas vrai des chauffeurs de rickshaws. Je me pose parfois la question à savoir si tous les nerveux deviennent chauffeurs de rickshaw, ou si ce sont les conditions de circulation de Mumbaï qui les rend ainsi. (Je pense qu’il s’agit bien de la deuxième hypothèse !). La personnalisation des véhicules est aussi une source d’amusement pour moi. Les véhicules sont parfois à peine en état de marche, pétaradant une fumée noire, et parfois très ‘design’, avec une banquette de couleur vibrante, tout proprette. Généralement, comme partout ailleurs, une statuette à un dieux quelconque se trouve sur le tableau de bord, ornée d’un petit collier de fleurs.

La circulation à Mumbai¨ est, en effet hallucinante. Les règles ne semblent pas exister. Les sens uniques, les feux, les fils, rien ne semble respecté. Mais de mon séjour entier, je n’ai pas vu d’accident. Les uns et les autres communiquent par klaxon, et (bizarrement) se comprennent. Parfois, au milieu des rues où la circulation est au plus dense ou des autoroutes, se trouve une vache, toujours sacrée. Les chauffeurs la prie de se bouger, circulent autour, mais les contournent…Elles chipent une salade à un étalage, mangent un brin d’herbe, déambulent... Sur le chemin qui mène au Centre d’Exposition où se trouve le Forum, nous passons quotidiennement devant un bidonville où il y a un énorme amas de foin pour les nourrir. Le cheptel rentre le soir pour se faire traire…

Pour revenir à cette première journée et notre balade en ville…Arrivées à la gare d’Anderhi, nous cherchons parmi les multiples stands qui vendent des pâtisseries, des fruits, des petites gourmandises de toutes sortes, à trouver l’entrée, à chercher la billetterie pour ensuite trouver le bon quai afin de prendre le bon train, pour nous rendre en ville, à une heure environ de là. La culture indienne est hospitalière, et il est considéré important d’aider l’autre. Même quand on ne connaît pas la bonne réponse à une question posée, on donne une réponse ; le contraire fut impoli et, qui plus est les deux parties perdraient la face…Alors imaginez la frustration que cela peut provoquer pour des personnes programmés ‘à l’européen’. Nous nous rendons à trois quais différents avant de découvrir le bon…mais tout cela se passe dans la bonne humeur, et fait partie de notre apprentissage de l’Inde. Une fois le bon quai trouvé, il faut aussi chercher l’emplacement d’un wagon réservé aux femmes.

En effet, il peut, à nos yeux occidentaux, sembler bizarre, voire même arriérée, de vivre une ségrégation d’hommes et de femmes au niveau des transports. Il n’en est rien. Les trains sont le seul moyen de transport public réellement efficace. Il y en a beaucoup, et ils sont en permanence bondés. Tellement bondés que il est impensable dans un pays de pudeur de mettre les hommes au contact physique aussi proche avec des femmes. (Vous avez sans doute déjà vu des images des trains indiens avec les hommes suspendus, à moitié à l’extérieur du train tellement celui-ci était complet…). Mais les femmes ont fait de ce moment un espace d’intimité féminine, et nous avons passé à plus d’une reprise des moments chaleureuses avec des femmes qui achetaient des chouchous, des bijoux, du maquillage et autres objets auprès de vendeurs ambulants montés à bord ; c’est là qu’elle font une partie de leurs courses, papotent, rient…le tout dans une ambiance de gentillesse extrême. (Combien de fois, je me fais conseiller des choses, prévenue de là où il faut descendre…)

Arrivées à la Gare Centrale, nous nous trouvons dans une de ces édifices Néogothiques Victoriennes d’une dimension et d’une complexité impressionnante. Je suis grande amateur de l’architecture des gares, qui représente un genre bien à part. Nous tentons de trouver un plan. Et mettons presque une heure avant de découvrir qu’il n’existe que quelque chose de très sommaire. À bout d’une discussion certaine, (bus ? taxi ? où ?) , nous nous dirigeons vers les taxis et partons pour les jardins suspendus. Notre chauffeur très aimablement nous montre les monuments et bâtiments d’intérêt. Nous longeons le front de mer, et montons par la route où se trouvent de très belles maisons, beaucoup datant du début du 20 ième siècle. Arrivées en haut, la vue est étonnante, car nous surplombons la ville. Nous passons un agréable moment au milieu des arbres, des plantes, des fleurs, à flâner. Des nuées de perroquets verts volent d’arbre en arbre, des écureuils s’affairent parmi les plantes, de jeunes garçons qui lancent des branches en l’air pour faire tomber et voler des mangues encore vertes se font chasser par le gardien du parc (l’un d’entre eux se fait attraper, et se fait éconduire avec une certaine véhémence…).

La flânerie terminée, nous prenons le bus, et descendons vers le front de mer et Chowpatty Beach. Nous entrons dans une galerie d’art fort sympathique, mais la faim nous guette. Nous nous faisons conseiller un restaurant végétarien du quartier. En effet, les Hindous sont tous végétariens, et compte tenu de l’absence relative d’hygiène alimentaire, il vaut mieux éviter de manger la viande, qui peut être la cause d’intoxications diverses et variées…

Restaurées et prêtes pour la suite, nous participons à une des occupations typiques des habitants de Mumbaï. La balade de fin de journée, au coucher du soleil, sur la plage ou le long du front de mer. Nous nous approchons de l’eau. Qui me connaît, sait que j’aime l’eau, qu’il m’en faut peu pour y sauter, où que je sois, quelle que soit la température. Mais là, horreur ! Elle est salle comme il est à peine possible de l’imaginer. C’est vrai que seuls les plus fortunés de la population sont dotés du luxe de toilettes, de salles de bains comme nous les connaissons…les égouts non traités se jettent dans la mer…

Les marchands s’installent, vendent des mets de toutes sortes – maïs grillé, cacahouètes, baignées, sucreries…Je m’attarde près d’une petite communauté de marins pêcheurs. Tout comme ceux du monde entier, ils sont occupés à préparer leurs filets, à les réparer. Leurs visages ont le même regard que ceux de chez moi, en Irlande. Seule la couleur de leur peau est différente. Je leur explique que je viens de loin, d’un village situé lui aussi en bord de mer. Je leur demande l’autorisation de prendre quelques photos, pour les montrer à mes amis pêcheurs là-bas…Ils sont ravis, et posent avec pompe et sourires. Derrière eux, une très belle femme, vêtue d’un sari bariolé prépare le repas du soir. Malgré leur humble demeure, (quelques mètres sur le sable, recouvert d’une tôle ondulée,) ils sont d’une grande propreté. C’est une des choses qui m’épate le plus, et qui caractérisent ce que j’ai vu de l’Inde : une grande saleté environnementale, contrastée avec une propreté personnelle impressionnante. Le plus marquant était un soir, lors d’un passage aux w.c. publics dans la gare, de voir des femmes (que j’imagine volontiers faisant partie de ces nombreuses familles vivant sans toit, sous les autoroutes ou à l’air libre) qui assuraient la lessive quotidienne du linge en utilisant le tuyau d’eau prévue pour se laver après ses besoins…Cela me renvoie à la nécessité urgente de mieux gérer cette ressource si précieuse et si importante à notre survie….

Nous poursuivons notre marche pendant plusieurs kilomètres, admirant le beau coucher du soleil, les couples qui déambulent, les attitudes gracieuses, avant de reprendre le train et de rentrer à l’hôtel.

Tout près de notre hôtel, ceux qui sont là depuis plus longtemps nous ont conseillé un restaurant. Cela devait devenir notre ‘cantine’ locale. Tous les soirs je m’y rends. Le propriétaire originaire du Kerala est un homme doux, soucieux de nous faire plaisir par les plats qu’il nous conseille. Tous les soirs je me fais guider dans mes choix (quatre pages de menu, de plats que je ne connais pas, c’est trop dur : je voudrais goûter à tout !). Jamais déçue, je découvre des saveurs, des couleurs, des textures magiques. Je me permets de manger des choses normalement déconseillées, pour des raisons de sécurité alimentaire, mais tout est propre. J’estime que le risque est minime. Au fil du séjour, j’y déguste jusqu’aux glaces ‘maison’, sans répercussions digestives aucunes.

Mais il fait tard, il est plus que temps de nous coucher. Surtout pour les vieilles comme moi !

Le lendemain est le seul jour où je m’accorderai un vrai moment de tourisme. Le matin, de bonne heure, je pars avec Laura, une Espagnole qui habite Genève, direction Elephant Island, à une dizaine de kilomètres de Mumbaï par la mer. Les bateaux-navettes sont fréquents, cela fait très piège à touristes. Je me mets sur le pont, heureuse d’avoir ce moment de solitude et de pouvoir méditer un peu. Demain commence le vrai travail, je dois gérer mes énergies. Arrivé sur l’île, une heure à peine du départ, nous grimpons des marches raides pour accéder au Temple de Shiva. Les belles sculptures seront les seules que j’aurais le temps de visiter de mon séjour. Mais en Inde la religion est omniprésente. Les autels sont fleuris quotidiennement, que cela soit au restaurant, dans la rue ou ailleurs. Les marches sont flanquées de marchands d’objets touristiques divers et variés. Décidément, il y a des choses qui ne changent pas d’un pays à l’autre ! Nous croisons deux hommes avec une femme sur une chaise portée…ce type de servitude est le genre de chose qui me met très mal à l’aise.

Une fois rentrée, nous nous rendons sur le site du Forum, pour une première réunion. Nous découvrons le Hall 1, prête à accueillir 9 000 personnes…cela est très impressionnant. Mais nous découvrons aussi que le système de NOMADE, le freeware prévu pour nous permettre d’assurer l’interprétariat simultanée en cabine n’est toujours pas connecté…qu’il manque des ordinateurs (la voix de l’orateur, comprimée digitalement nous parvient par ordinateur). Mais inch’Allah. Nous ne sommes que mercredi après-midi. Les conférences ne commenceront que samedi ! En même temps il s’agit de retrouvailles. Monica, Bettina, Nathalie…la liste est longue. Et puis tant de personnes avec qui nous allons partager cette nouvelle aventure, certaines dont les visages au moins me sont familiers depuis Paris, d’autres non…Nous recevons nos plannings. Je découvre les sujets qui vont faire l’objet de mon travail pendant les jours à venir. Quelques sujets que je ne connaît pas bien ; ce sera l’occasion d’apprendre ! En particulier sur les peuples indigènes, les Adivasis et sur les Dalits, autrefois appelés les intouchables. Même si je suis un peu avertie sur le système des castes en Inde, il me reste beaucoup à apprendre. Par ailleurs, je suis ravie de voir que je vais retravailler sur les questions du Moyen Orient et aussi dans quelques séance sur l’économie mondiale.

Aujourd’hui c’est l’installation du site. Des camions bariolés, des allées et des halls poussiéreuses mais vides, des stands en vrac…j’ai du mal à imaginer ce que tout cela deviendra dans les jours à venir.

Je suis volontaire pour assurer le travail lors du Conseil International qui précède le début du Forum . Il s’agit d’une séance animé, mais tous et toutes sans dans l’attente, dans la proclamation de leurs croyances et des efforts effectués pour que cela se passe bien…nous doutons bien des suites et des difficultés à venir. En équipe nous nous chauffons. Travaillant debout, nous sortons même de nos cabines, le micro à la main. Il fait moins chaud, et puis avec l’enthousiasme, nous nous sentons plus près des interlocuteurs. Nous ne sommes pas que des personnes invisibles, derrière la fenêtre, dans nos bocaux…

Le lendemain, jour de l’ouverture, j’assure pour une conférence de presse, donné par les intervenants du Moyen Orient. Je retrouve des personnes pour qui j’avais interprétée à Paris, notamment Mustafa Bargouti, un des Palestiniens qui m’avaient tant touchés. Nous nous embrassons. Les choses vont de mal en pire pour eux. Le temps est court. Comment faire ? La conférence se passe avec des déclarations fortes, des émotions, des convictions qui se partagent avec la Presse.

Et puis c’est l’ouverture. Grand spectacle, danseurs d’Afrique du Sud, un chanteur de rock Sufi Pakistanais (Junoon) qui m’emballe. Je me place juste sous la scène, je danse…Lâchée de ballons blancs totalement ratée. La plupart vont nicher dans les arbres, comme des colombes ! Je croise Philippe Amouroux de la FPH, et Pascale Delille que je connais par ailleurs. Les gens affluent, il y de l’ambiance, cela commence à ressembler à un vrai événement international.

Le lendemain, c’est en route pour les conférences. Je ne sais pas quoi dire des conditions de travail. Tous ceux et celles qui les ont vécues le savent. Laurent nous avait prévenu à Paris que cela serait sur. Il ne s’est pas trompé, pour en dire le moins !
La poussière, les micros des orateurs qui braillent, le retour dans les casques inaudible, les coupures de courant, les intervenants incompréhensibles,…je j’en passe des meilleurs. Il en ressort, que nous fonctionnons en automates, au mieux de nos capacités, en s’excusant auprès de ceux et de celles que nous venus aider, et auprès de qui nous défaillons souvent dans notre mission. Chacun de nous est persuadé de mal faire. Nous ne sommes pas en confiance, même quand cela se passe à peu près bien. Mais c’est ainsi, et il faut faire avec ! D’habitude je travaille dans le plaisir, écoute, retiens ce qui se dit. Là, j’assure mes moments de travail, et puis sors de la cabine sans savoir ce qui s’est dit. Incapable d’écouter et de rapporter aux autres la moindre chose. Abruties, nous récupérons comme nous le pouvons entre les séances. J’avais prévue de passer aussi du temps dans les séminaires, : j’entends dire qu’il s’y passe des choses intéressantes, que le travail qui s’y fait est de très bonne qualité.

Mais j’ai choisi une autre option. Les deux allées principales du site font l’objet de ce qui est et qui restera pour moi le vrai Forum. Là, sous les arbres dénudés de feuilles, au soleil tapant se déroule des choses tout à fait exceptionnelles. Des groupes manifestent sans arrêt. Des groupes de femmes, venues de partout, certaines ayant marchées des semaines durant pour rejoindre MumbaÎ, des groupes de Tibétains, des syndicalistes Japonais, des anit-impérialistes du monde entier défilent. Et jouent de la musique. Surtout des tambours. Autant de types de tambours et de musiques que de groupes. Je danse avec eux, retrouve un peu mon genre hippy des années ’60, moment où les cheveux et les jupes longs, je dansais pied nus dans les rues…Mais à la grande différence par rapport à nous, que là je suis en présence de femmes et d’hommes simples, d’une base déterminée d’en finir avec une servitude, avec des politiques qui les privent de leurs terres, leur cultures traditionnelles, leur moyens de vivre. Une conscience collective qui dépasse les aspirations que nous avions alors. Une détermination aussi. Que vont ils faire de toutes ces énergies, de cette force collective, une fois le Forum terminé ? Je vis des moments inoubliables, liant des contacts forts, même si c’est souvent sans paroles. Je prends des photos, témoignage précieux de cette énergie, de ces moments exceptionnels. Je croise des amis connus d’autres projets à travers l’Europe, Joanna, Rita…

Je prends aussi du temps à passer dans les stands, tant de livres que d’artisanat d’art. Je discute, je m’informe. Parfois même j’arrive à parler des Pactes, de notre grille, de notre approche.

Les jours se suivent, les problèmes restent les mêmes à peu de chose près. Le Hall 5 n’est toujours pas opérationnel pour nous. Pas question de bousiller mes chordes vocales à faire du ‘chuchotage’. Je sais à quel point cela m’est impossible. Pour le reste, suit son cours. Je rate ma vieille copine, Mary Robinson, qui n’a fait une brève apparition. Elle devait être présente dans une des séances où je travaille, alors je ne me déplace pas le jour où elle arrive. Tant pis, cela sera pour une autre fois. Nous sommes tous de plus en plus sur les nerfs, zombifiés. Les réunion du soir tournent un peu au vinaigre. Nous sommes tous insatisfaits, frustrés de ne pas faire un travail correctement…

Mais en dehors il y aussi des choses qui se passent. Les petites excursions de shopping dans le quartier de notre hôtel avec Marina, la gentillesse générale dans les rues et ailleurs, les aventures avec les rickshaws, les yeux des enfants qui mendient qui dans le regard restera gravé dans mon cœur à jamais…

Bientôt, très vite, c’est le dernier jour, jour de la manifestation et de la cérémonie de clôture. Sous la chaleur nous partons manifester. J’achète une flûte indienne, dont les tonalités sont plus douces que celles du pipeau métallique irlandais. Nous démarrons derrière les coréens. Ils chantent haut et fort ‘We shall overcome’. Je les accompagne à la flûte…encore des renvois à mon vécu des années ’60 ! Tour Mumbaï se met dans la rue et aux fenêtre pour nous regarder. Beaucoup nous font signe, nous encouragent. Pour eux cela ressemble à un spectacle gratuit. Les policiers, facilement débordés ne font pas grande chose. Il n’y a pas de cortège organisé : les groupes sont partis de ça et de là, mais convergent sur le terrain en centre ville où va se dérouler la cérémonie de clôture.

Nous mangeons un peu (manifester ça creuse !) et puis nous nous installons devant, sur une bâche en toile sur la pelouse. Les allocutions nous semblent longues. Et puis la musique commence. Dabord Gilberto Gil, Ministre brésilien de la Culture, qui nous envoûte de sa voix douce, de ses rythmes. Puis Shubha Mudgal et Indian Ocean. Cheo produit une petite bouteille de whiskey de son sac. Derrière nous, une jeune nos interpelle ‘Je suis irlandaise, passez la moi !’. Entre irlandaises on se comprend, on danse tous ensemble debout, jusqu’au bout…

À la fin, nous partons en groupe pour faire la fête. C’est là qu’il m’arrive l’aventure la plus drôle de mon séjour. Laurent monte dans un train. Je le suis. Le temps de me retourner, il est descendu. Je me trouve toute seule, la nuit, dans un train qui vient de partir, je ne sais où, dans un comportement d’hommes…Un petit instant de panique. Puis je leur demande quoi faire. Dans quelques instants le train s’arrête. Il m’indique de descendre, de prendre un train sur l’autre quai qui repart dans le sens d’où je suis venue. Je décide de rentrer à l’hôtel si jamais je n’arrive pas à retrouver les autres…Mais aussitôt descendu du train à nouveau, je les vois, tous en groupe. Ils ne comprennent pas comment j’ai pu faire aussi vite de revenir. Jairo m’accompagne aux toilettes par peur que je ne me perde à nouveaux…Nous repartons tous ensemble, en prenant le bon train cette fois-ci. Après différentes étapes, nous arrivons à Juhu beach, bien au nord de Mumbai¨. Je passe un long moment seule à méditer, à écouter le bruit des vagues qui se brisent comme elles le font ailleurs dans notre monde. Cela me restaure mes énergies, me redonne des forces. Là, nous pouvons boire, avec un groupe d’Indiens qui nous fournit des bières au moment où le petit restau où nous nous sommes attablés se ferme.

Avec une pointe de nostalgie, le groupe se disperse. Je rentre tard à l’hôtel, juste au moment où Géraldine s’apprête à partir en taxi pour l’aéroport. Demain cela sera mon tour. Je rentrerai en France, atteinte de cette passion pour l’Inde qui ne me quittera jamais.


Barbazan Debat le 25 février 2004.


Return to “WSF4 - Mumbai”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 0 guests