babels logo
| | | |
Agenda
+ Babels meetings

Event-related
+ European SF
+ World Social Forum
+ FAME 2012 Alternative World Water Forum
+ Babels Intl. Meeting
+ Archives

Localised
+ Egypt
+ Nederland
+ Argentina
+ Brasil
+ Colombia
+ France
+ Italia
+ México
+ Perú
+ Uruguay
+ Tunisie

Long-term
+ Interpretation equipment
+ SitPrep didactic DVDs
+ Transtrad
+ Lexicons

Participate with Babels!
+ Deutsch
+ English
+ Español
+ Français
+ Italiano
+ Português
+ ελληνικά
+ Pусский
+ Română
+ Hrvatski
+ Magyar
+ Nederlands
+ Polski
+ Català
+ Latviešu


 Accueil > Event-related > FAME 2012 Forum Alternatif Mondial de l’Eau

[ fr ]

FAME 2012 : présentation du forum

(Date: 27 novembre 2011)

Présentation et objectifs du Forum Alternatif Mondial de l’Eau (FAME)

Marseille, mars 2012

Un forum, lieu où l’on débat des affaires publiques, se tiendra à Marseille en mars 2012, sous l’égide du Conseil Mondial de l’Eau, dirigé par des entreprises privées.

Nous, Coordination « Eau Bien Commun Provence Alpes Cote d’Azur », Nationale et Internationale, organisons à cette même date un forum social qui se propose de replacer les débats sur l’eau à un niveau citoyen mondial : le Forum Alternatif Mondial de l’Eau (FAME).

Le FAME a pour vocation d’être un lieu d’expression des luttes, des initiatives, des alternatives, des perspectives pour « une gestion publique et participative, démocratique et transparente, sociale et écologique » de la ressource « eau ». (Appel de Dakar, 10/2/2011).

Quels sont les objectifs du FAME ?

  • L’élaboration et la promotion d’un discours alternatif majoritaire en faveur d’une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau.
  • La poursuite de la recherche de solutions à la crise mondiale de l’eau.
  • La structuration durable du mouvement.

Ce que l’on peut constater aujourd’hui :

  • L’eau fait partie des « Biens Communs » de l’Humanité et son accès pour tous est un droit humain fondamental.
  • La gestion privée de l’eau domestique dans les pays pauvres a fait la preuve à maintes reprises de son incapacité à assurer ce droit.
  • La gestion privée de l’eau domestique dans les pays riches a permis des profits scandaleux et engendré la corruption.
  • La gestion publique de l’eau fonctionne mieux et pour moins cher que la gestion privée quant les Etats lui en donnent les moyens.
  • La gestion privée ne prend pas en compte la protection quantitative et qualitative des ressources en eau.
  • La gestion privée privilégie la fuite en avant technologique.
  • La gestion privée conduit à la surconsommation et au gaspillage de l’eau.
  • La gestion privée ne permet pas de résoudre de façon juste les conflits d’usage de l’eau.

Nos exigences :

  • La reconnaissance par tous les États que l’eau est un « Bien Commun » de l’Humanité, vital pour tous les êtres vivants, et non une marchandise.
  • L’inscription dans les constitutions nationales du droit d’accès pour tous à l’eau potable et à l’assainissement, comme "droit fondamental, essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l’homme".
  • La répartition concertée et démocratique des ressources entre les différents usages de l’eau : alimentation des populations, agriculture, industrie, préservation de la biodiversité etc.
  • Le maintien ou le retour à un vrai service public de l’eau potable et de l’assainissement, avec une gestion publique, démocratique et participative.
  • Des investissements publics (non rémunérés financièrement) pour mettre les installations d’eau potable et d’assainissement au niveau nécessaire pour l’accès de tous et dans tous les pays.
  • La remise à plat des modes de tarification de l’eau pour assurer effectivement son accès pour tous.
  • La protection publique des ressources en eau contre les pollutions agricoles, industrielles et médicamenteuses et la surexploitation.
  • La promotion d’une agriculture biologique et économe en eau.
  • La promotion des alternatives de techniques écologiques de production d’eau et d’assainissement en privilégiant les solutions non brevetables.
  • L’anticipation des effets du réchauffement climatique (inondations, sécheresse, salinisation de l’eau douce…), en développant la résilience des écosystèmes et des sols.

Les différentes étapes, mars 2012 et au-delà :

  • L’appel de Dakar lancé lors du Forum Social Mondial en février 2011 (voir annexe 1).
  • L’Alter Forum de Marseille qui aura lieu du 10 au 18 mars 2012, sur la base de sa Charte, adoptée en avril 2011 à Bruxelles.
  • La structuration du Mouvement Mondial pour l’Eau destiné à vivre bien au-delà de la tenue du FAME.

Une vision du FAME de Marseille

Le FAME proposera des rencontres, conférences, témoignages, analyses, débats …, et tous modes d’expressions habituels, qu’ils soient dans un registre politique, technique, scientifique, pédagogique, artistique, juridique, sanitaire, écologique ou autre. Les discours renverront à des supports d’expression qui constitueront la forme du FAME : sujets des conférences et des ateliers, textes, posters, graphiques, dessins, photos, vidéos, documents sonores, créations artistiques … Cela signifie que nous invitons les groupes de travail thématiques en cours de constitution, mais aussi les associations, les ONG, les élus, les syndicats, les autorités locales, les artistes, les citoyens du monde, à préciser dès que possible leurs intentions : il s’agira en effet que les organisateurs répartissent les lieux et temps de parole d’une part, et mettent en scène les divers supports produits par les intervenants.

Plus précisément, nous envisageons trois sources d’expressions : celle de la mobilisation citoyenne locale et régionale, et celles des mobilisations nationale et internationale.

Nous ferons également appel aux associations, aux lycées, collèges et écoles, ainsi qu’à diverses organisations citoyennes avec lesquelles un travail de fond sur la symbolique de l’eau aura été réalisé en 2011. C’est ainsi par exemple que certains travaux de sensibilisation des populations pourront déboucher sur des expressions orales, écrites, artistiques (arts plastiques, musique, danse, théâtre, photographie, arts graphiques, arts de la rue, vidéos…).

Cette approche pluridisciplinaire de l’élément « eau » pourra déboucher sur des expressions originales diffusées, comme les autres expressions, soit dans les locaux du FAME, soit dans des locaux associatifs ou collectifs dispersés dans la ville, ou les deux à la fois. Un travail sur cette même symbolique de l’eau sera mis en œuvre avec les Ecoles des Beaux Arts et les Ecoles d’Architecture de la région.

La présence au sein du FAME d’une installation du vidéaste américain de réputation mondiale, Bill Viola, dont l’œuvre est particulièrement centrée sur la symbolique de l’eau, est envisagée.

Ainsi le FAME de Marseille sera non seulement le lieu des expressions traditionnelles dans les forums internationaux, mais en même temps l’expression visuelle et audio-visuelle des mobilisations, organisant les travaux et réalisations diverses des partenaires en un tout cohérent, exposant aux visiteurs la situation actuelle et les propositions d’avenir de la gestion démocratique de cette ressource commune en danger.

La proposition est faite pour que le FAME de Marseille soit une tribune particulière pour les femmes, dans leurs relations à l’élément « eau ». C’est ainsi que nous souhaitons demander à tous les participants de déléguer, autant que possible, à Marseille des femmes qui seront les porte-parole des luttes et des expériences menées. Il est également envisagé de clore le FAME par une journée mondiale des femmes qui porteront les conclusions du forum à la connaissance des médias et de la population.

Proposition de pré-programme du FAME :

Le FAME aura lieu à Marseille du 10 au 18 mars 2012.
Les activités prévues à ce jour sont :

  • Des événements d’ouverture grand public à Marseille (Colloque France Libertés) et dans les environs (Martigues et Durance, MNLE) le week-end des 10 & 11 mars 2012.
  • Des Ateliers et assemblées dans Marseille du 15 au 17 mars 2012, (avec possibilité le 14 après-midi).
  • Des manifestations de rue et évènements populaires les 17 & 18 mars 2012.
  • Une soirée festive dans la semaine.
  • Des actions culturelles tout au long de la semaine.

Les thèmes d’ateliers envisageables à ce jour :

  1. Eau et santé.
  2. Les gaz de schistes.
  3. Les frontières de l’eau.
  4. Les pollutions.
  5. Eau, agriculture, élevage.
  6. Changements climatiques : perspectives.
  7. Eau et énergie.
  8. Gestion, économies et gaspillages de la ressource « eau ».
  9. Les formes de gestion de l’eau.
  10. Les luttes contre les multinationales : pourquoi, comment ?
  11. Qu’est-ce qu’un « service public » suivant les pays ?
  12. L’Union Européenne et les problèmes de l’eau.
  13. Promesses non tenues, promesses à tenir.
  14. Analyses des succès et échecs du PPP.
  15. Les différentes formes de DSP et leurs conséquences.
  16. Les atteintes à l’environnement.
  17. Techniques de l’assainissement : bilan et perspectives.
  18. Place des femmes dans les luttes et la gestion de l’eau
  19. Mise en place d’un organisme de contrôle international de la gestion de l’eau.
  20. Crises alimentaires et besoins en eau.
  21. Eau et conflits transfrontaliers : causes, développements, solutions.
  22. Stratégie et diffusion des luttes.
  23. Eau et souveraineté alimentaire.
  24. Eau et recherche scientifique indépendante.
  25. Dimensions culturelle et symbolique de l’eau
  26. Eau patrimoine mondial ONU

Soit une trentaine d’ateliers de quatre heures chacun sur deux journées dans
8 salles de 60 à 80 personnes chacune. Il est prévu et donc possible d’augmenter le nombre d’ateliers et/ou de points de rencontres jusqu’au dernier moment.

Les thèmes de conférences envisageables à ce jour :

- Les pollutions par les médicaments.
- Les techniques d’extraction des gaz de schistes.
- Les luttes pour l’eau en Amérique Latine.
- Les luttes pour l’eau en Afrique.
- Les luttes pour l’eau en Asie.
- Les « affaires » Coca-Cola (Bolivie, Inde).
- Analyses des profits des multinationales de l’eau.
- Les luttes pour l’eau en Asie.
- Les luttes pour l’eau en Europe.
- Les luttes pour l’eau dans le Pacifique.
- Montée des océans : Tuvalu, premier état à disparaître sous la montée des eaux.
- Les luttes en Océanie.
- Gestion publique de l’eau : milieu urbain/milieu rural, grandes/petites communes.
- Maîtrise des consommations d’eau.
- Techniques alternatives d’alimentation en eau potable.
- Problèmes sanitaires de l’eau potable.
- Biodiversité, besoins en eau
- Les conflits dans le monde liés à des fleuves transfrontaliers.
- Les barrages : avantages mineurs/inconvénients majeurs ?
- Centrales nucléaires et pollution de l’eau.
- Où en sont les ressources en eau sur la planète ?
- Eau et droit international : eau, patrimoine commun de l’Humanité.
- Préservation de la ressource

Soit une trentaine de conférences de deux heures, débats compris, sur deux jours, dans 2 salles de conférences, une de 700 places assises et 700 places debout (1400 places minimum), une autre de 300 places assises et 150 places debout.

Possibilité de trouver des salles extérieures au Dock et/ou de diminuer le nombre de conférences.

Pour avancer dans l’organisation du FAME, il importe de mobiliser nos réseaux et de les organiser à la fois par continents et par grandes thématiques : le débat à Bruxelles devrait permettre d’identifier des personnes référentes, qui travailleront si possible en équipes.

Les organisations parties prenantes (à compléter)

Les organisation parties prenantes du FAME en France

ATTAC France, Mouvement Utopia, MNLE, France Libertés/Fondation Danielle Mitterrand, Coordination Eau Île-de-France, Coordination Rhône Méditerranée, Coordination Eau Bien Commun PACA, La Confédération Paysanne, Les Amis de la Confédération Paysanne, La Fondation Copernic, La Convergence Nationale des Collectifs de Défense et de Développement des Services Publics, Association EAU, ACME France, CGT, Ligue de l’Enseignement, Groupe Eau Agricole de la Coordination Sud (ACTER, AVSF, CCFD, GRET), Amorces (recherche de financement), Babel’s (traduction), Eau Secours Marseille-Métropole, Emmaüs…

Les organisation partie prenantes du FAME dans le monde

Aquattac et Attac Allemagne, le Conseil des Canadiens, Food and Water Watch, Trans National Institute, ACME Maroc, Blue Planet, Forum Italien de l’Eau, Comité Malien pour la défense de l’Eau, Reclaiming Public Water, CeVI, Public Services International, Union des Syndicats Européens (EPSU), Emmaüs International, Enginyeria sans frontières,… ETC...

Fait à Marseille le 5/4/2/011

ANNEXE 1 : APPEL DE DAKAR POUR LE FORUM ALTERNATIF MONDIAL DE L’EAU A MARSEILLE EN MARS 2012

En juillet 2010, la reconnaissance par les Nations Unies de l’accès à l’eau pour tous comme un droit humain fondamental a constitué une consécration historique pour les luttes menées depuis des années par les mouvements sociaux, les citoyens, les peuples autochtones, les élus, à travers le monde.
En novembre 2010 était lancé l’appel de Marseille, qui constituait une première étape du projet de Forum Alternatif Mondial de l’Eau (FAME) porté par les citoyens et les mouvements sociaux.

Aujourd’hui, cet appel s’est enrichi des apports des organisations de tous les continents, présentes au Forum Social Mondial de Dakar.

Une nouvelle étape s’ouvre, celle de la reconnaissance de l’eau comme bien commun, source de vie. Le droit à l’eau et à l’assainissement doit devenir contraignant et effectif.

Le Conseil mondial de l’Eau, auto-désigné, et son Forum n’ont aucune légitimité, ni politique -ils ne représentent pas les peuples du monde- ni technique -leur bilan est un échec au regard des objectifs déclarés. Pour eux, l’eau est une marchandise, source de profits.

Nous, associations, mouvements sociaux et autorités locales, porteurs d’expériences alternatives, sommes légitimes pour proposer des voies rendant effectif, au niveau des territoires et des pays, le droit à l’eau et à l’assainissement pour tous.

Le Forum Alternatif Mondial de l’Eau offrira une plate-forme d’expression et de convergence de l’ensemble des luttes, des expériences et des réalisations menées dans la perspective d’un droit effectif à l’eau et à l’assainissement, garanti par une gestion publique et participative, démocratique et transparente, sociale et écologique. De cette expression devront sortir des lignes d’actions pour l’avenir, à tous les niveaux d’élaboration et de mise en œuvre des politiques de l’eau et de l’assainissement.

Le FAME œuvrera à la consolidation et à l’élargissement des réseaux de territoires et d’élus pour porter ces exigences dans l’agenda politique à tous les niveaux.

Nous appelons les associations, organisations de femmes, ONG, syndicats, élus et autorités locales et les citoyens du monde à participer au FAME pour faire entendre la voix des peuples à Marseille en mars 2012.

Appel signé des organisations présentes ce jour, 10 février 2011, au Forum Social Mondial de Dakar.

www.fame2012.org


ArchiveFAME2012
Zip - 1.5 Mo
Version à imprimer Version à imprimer

Dans la même rubrique

logo_spip firefox css xhtml | Espace privé problemes | Plan du site | top