babels logo
| | | |
Agenda
+ Babels meetings

Event-related
+ European SF
+ World Social Forum
+ FAME 2012 Alternative World Water Forum
+ Babels Intl. Meeting
+ Archives

Localised
+ Egypt
+ Nederland
+ Argentina
+ Brasil
+ Colombia
+ France
+ Italia
+ México
+ Perú
+ Uruguay
+ Tunisie

Long-term
+ Interpretation equipment
+ SitPrep didactic DVDs
+ Transtrad
+ Lexicons

Participate with Babels!
+ Deutsch
+ English
+ Español
+ Français
+ Italiano
+ Português
+ ελληνικά
+ Pусский
+ Română
+ Hrvatski
+ Magyar
+ Nederlands
+ Polski
+ Català
+ Latviešu


 Accueil > Event-related > World Social Forum > World Social Forum 2005 > INFO Bulletins

[ en es fr pt ]

INFO 3 - Themes

(Date: 21 octobre 2004)

Le 23 et le 24 août, les deux commissions du CI se sont réunies à São Paulo et elles ont défini les onze espaces – comme ont été baptisées les sections thématiques du 5ème FSM. Les Espaces ont été définis à partir de l’analyse de la Consultation thématique – dont 1.863 organisation ont participé volontairement. Dans cette Consultation, les organisations ont informé quels sujets elles prétendent discuter à Porto Alegre 2005. A partir de cette estimation, les Espaces ont été définis.

Noms des Espaces

  1. Assurer et défendre des biens communs de la Terre et du peuple – comme alternative à la marchandisation et à la domination des entreprises transnationales
    #-Art et création : construire des cultures de résistance populaire
  2. Communication : pratiques anti-hégémoniques, droits et alternatives
  3. Défendre la diversité, la pluralité et les identités
  4. Droits humains et dignité pour un monde juste et égalitaire
  5. Économies souveraines pour et par les peuples – contre le capitalisme néolibéral
  6. Éthique, cosmovisions et espiritualité – Résistances et défis pour un nouveau monde
  7. Luttes sociales et alternatives démocratiques – contre la domination néolibérale
  8. Paix, démilitarisation et lutte contre la guerre, le libre-échange et la dette
  9. Pensée autonome, réappropriation et socialisation des savoirs et des technologies
  10. Vers la construction d’un ordre démocratique international et l’intégration des peuples

Axes transversaux :

  • Émancipation sociale et dimension politique des luttes
  • Lutte contre le capitalisme partriarcal
  • Lutte contre le racisme

Texte sur les orientations transversales des 11 espaces thématiques du 5ième Forum Social Mondial -du 26 au 31 janvier 2005 -Porto Alegre

La structure du 5ième Forum Social Mondial présente plusieurs changements qui reflètent les débats qui ont émergés au sein du Conseil International en lien avec les expériences recueillient lors des éditions antérieures, notamment en raison des réalisations du IV Forum Social Mondial, qui a eu lieu à Mumbai, en Inde, en janvier 2004. Ces changements se réflèteront sur la dynamique de "territorialisation" du Forum de Porto Alegre, à travers la constitution d’espaces thématiques qui développeront leurs activités en différents endroits le long de la rivière Guaíba.

L’articulation du forum autour des 11 espaces thématiques présente (mentionne) deux objectifs fondamentaux, discutés et acceptés lors des réunions du Conseil International qui a eu lieu peu de temps après le Forum de Mumbai et lors des rencontres des Commissions de Méthodologie, du Contenu et également celle de la thématique.

En premier lieu, ils se présentent comme étant des espaces de débat qui se définissent et s’articulent fondamentalement autour des processus de lutte qui ont comme objectif de donner une meilleure visibilité aux organisations et aux mouvements sociaux qui s’opposent à la globalisation néolibérale et qui participent au Forum Social Mondial. Ainsi, la définition des 11 espaces thématiques est le résultat d’un débat autour du processus de lutte et des campagnes de résistances les plus significatives et également à l’aide des analyses consultatives réalisées via internet. D’un autre côté, la stucture et la dynamique du forum cherchent à promouvoir et à consolider les processus et les espaces de convergence des luttes et des campagnes, qui mentionnent um approfondissement des mécanismes d’articulation et de participation démocratique qui permettent d’avancer dans l’élaboration des alternatives puisqu’un autre monde est possible et nécessaire.

L’existence des 11 espaces thématiques doivent être un lieu privilégié pour promouvoir l’expression du pluralisme et de la diversité, ce qui constitue l ’une des principales caractéristiques et qui, bien sûre, doit renforcer le mouvement de résistence à la globalisation néolibérale. Toutefois, il est nécessaire d’éviter une fragmentation thématique des débats qui nuirait à l’atteinte des objectifs de convergence et de synthèse mencionnés plus haut.

C’est pour cette raison que furent proposés trois axes transversaux ou "horizontaux" qui se présentent et s’articulent autour de préoccupations communes aux 11 espaces thématiques. Les trois axes choisis sont les suivants :

1) L’émancipation sociale et la dimension politique des luttes

L’irruption du mouvement contre la globalisation néolibérale sur la scène internationale, depuis le milieu des années 90, est sans doute le phénomène politique le plus significatif du début du XXI siècle. L’action du mouvement international s’est révélé décisif ces dernières années quant à la remise en question de la légitimité du caractère prétenduement "naturel du capitalisme comme horizon historique immuable de l’humanité. Les multiples journées internationales de lutte contre la guerre ont démontré un refus global du "néolibéralisme armé" et de la guerre à outrance qui cherchent à légitimer la globalisation neolibérale. Ces luttes diverses et durables qu’on a vu se développer sont également des espaces de gestation, de diffusion et de propagation de nouvelles alternatives sociales et humanistes pour contrer ces formes d’oppression, de domination et de discrimination sociale inérentes au capitalisme contemporain. Ce questionnement et ce débat qui entourent les dynamiques d’émancipation seront associés a un débat nécessaire sur le contenu et l’horizon politique des luttes des mouvements sociaux. Les actions entreprises par la majorité de ceux qui participent à la dynamique du Forum Social Mondial à tous les points de vue sont constamment confrontés à des obstacles politiques. À plusieurs occasions lors des dernières années, tant au nord qu’au sud du globe, une majorité de citoyens ont rejetté de manière claire les politiques néolibérales tant dans les rues que dans les urnes. Pendant ce temps, plusieurs gouvernements élus dans un contexte de rejet du néolibéralisme continuent à mettre en place des politiques néolibérales, allant à l’encontre de leurs promesses électorales et agravant parfois la dynamique de militariation des États et la criminalisation des individus qui protestent. Face à cette réalité, il est essentiel que nous, les participants du Vième Forum Social Mondial, réfléchissions sur les avenues statégiques que nous pouvons emprunter afin de renverser ce détournement politique à des fins néolibérales.

II) La lutte contre le capitalisme et le patriarcat

La militarisation des relations internationales qui a suivi la déclaration de "guerre illimitée contre le terrorisme" du président Bush, peu après le 11 septembre 2001, a constitué un exemple clair de l’aggravation des formes de domination du capitalisme contemporain. L’invasion impérialiste en Irak et le massacre de sa population civile est encore un exemple récent de cette désolante tendance à la militarisation des relations sociales. L’aggravation des formes contemporaines d’exploitation se manifeste, entre autre, par la surexploitation des ressources naturelles de la planète et du travail salarié (la flexibilité de la main-d’oeuvre, l’esclavage de femmes et d’enfants), la concentration de la richesse à l’échelle mondiale, la diffusion du chômage et de l’exclusion sociale ainsi que la généralisation de la misère de millions d’êtres humains. Dans ce contexte, les femmes en particulier, sont victimes d’un double mécanisme d’exploitation ; le capitalisme et le patriarcat, qui se renforcent et s’alimentent mutuellement afin de les maintenir dans une situation d’infériorité culturelle, de dévalorisation sociale, de marginalisation économique, de non-reconnaissance de leur travail et de leur propre existence, de marchandisation de leur corps ; ces situations réfèrent à un système d’exclusion systématique. Cette globalisation machiste favorise l’appauvrissement massif des femmes et exacerbe la violence dont elles sont victimes. La résistence soutenue des femmes à ces formes d’oppression et d’exploitation reflète son importance part la large place qu’occupent les mouvements féministes au sein du mouvement international opposé au néolibéralisme que l’on retrouve partout dans le monde et tout particulièrement au Forum Social Mondial. Lors des débats entourant la recherche d’un horizon d’émancipation, les formes de luttes contre le capitalisme et le patriarcat seront alors débattues.

III) Lutte contre le racisme

La globalisation néolibérale a réactualisé et approfondi quelques uns des mécanismes de ségrégation humaine répendus depuis les origines du capitalisme et que le "progrès" du Xxième siècle prétendait avoir éradiqué.

L’implantation de l’esclavage dans les sociétés latino-américaines, depuis l ’époque coloniale, a largement contribué à la diffusion du racisme comme mode de ségrégation fondée sur la discrimination selon la couleur de la peau des populations autochtones et des esclaves d’origine africaine. Malgré des discours politiques qui proclament la consécration du multiculturalisme et de l’égalité des chances, le racisme se manifeste toujours avec virulence dans nos sociétés latino-américaines et ce phénomène n’est pas prêt de disparaître. Au Brésil, pays hôte du Forum Social Mondial de 2005, le combat contre le racisme exige une vigilence particulière en raison du poids historique d’un lourd héritage colonial qui demeure toujours vif dans la vie politique et sociale du pays. Les gens de couleur et les autochtones en sont les premières victimes bien qu’ils ne soient pas les seules, à ce fléau toujours présent à travers le monde et en particulier en Amérique latine, il faut ajouter d’autres formes de discrimination basées sur l’origine sociale, la caste, le sexe, la religion, la position idéologique, etc. La lutte contre le racisme et contre toutes les formes de discrimination exigera donc une vigilence particulière lors du Vième Forum Social Mondial.

Traduit par Alexandre Martel

 
Version à imprimer Version à imprimer

Dans la même rubrique

logo_spip firefox css xhtml | Espace privé problemes | Plan du site | top